Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jérémy Avraham Cohen

Les Grands Rabbanim pensent-ils qu'il faut fêter Yom Ha'atsmaout ?

Développement de la question

Il est rare de trouver un sujet qui rencontre des avis si opposés au sein du peuple juif : doit-on voir la création de l'Etat d'Israël comme une catastrophe pour le Peuple juif qui voulait s'éloigner définitivement de D.ieu en créant son Etat "comme les autres" ? Ou au contraire, l'aboutissement de toute l'histoire de l'humanité par la réalisation des prophéties et le début de la délivrance finale du monde ?

Beaucoup de juifs religieux pensent que les rabbins seraient du premier avis, et se refusent donc à fêter Yom Ha'atsmaout pensant aller selon l'avis des grands rabbins qu'ils suivent. Il apparaît donc important de faire le clair : que pensent vraiment les rabbins ?

Réponse

Dans son livre "Shirat Hageoula", le Rav Moshé Elh'arar expose l'avis des rabbins séfarades ; et dans son livre "Ath'alta hi", le Rav Itsh'ak Dadoun a recensé les avis des rabbins du monde entier sur deux volumes.

Dans le monde Séfarade :

Les rabbins séfarades ont tous vu la création de l’Etat d’Israël de façon très positive. Ils fêtaient le jour de Yom Ha'atsmaout avec beaucoup de joie et la plupart ont considéré l’Etat d’Israël comme le début de la délivrance annoncée par les prophètes [Ath'alta deGueoula]. Tel est entre autres l'avis des Rabbins Meir H'aï Ouziel, Amram Abourbia, HaÏm David Halévi, David Ben H'alifa, Yossef Ghénassia, Moshé Malka, Meir Ouaknin, Raphael Abou, Mordeh'aï Attia, Ovadia Adaya, Yehouda Leon Ashkénazi (Manitou) pour ne citer qu'eux. Nous citerons en particulier l'avis des rabbins originaires d'Afrique du nord et connus de tous :

Le Rav Yossef Messas, ancien Grand Rabbin de Tlemcen (Algérie) et de Haïfa considérait l'Etat d'Israël comme une Sainteté [medinatenou hakedoucha]. Il a composé plusieurs poèmes en faveur de l'Etat d’Israël et de son armée et s'est exprimé dans son Responsa de façon très positive ; ainsi lorsque quelqu'un lui posa une question concernant certaines personnes qui récitent les supplications le jour de Yom Ha'atsmaout (passage de la prière lu d'un coeur contrit, qui n'est pas lu les jours de fête) , il répondit de manière claire (Otsar Hamih'tavim volume 3 réponse 1769) : "Tu n'as pas besoin de te tracasser la tête avec ces sujets. Tu es un juif Séfarade ? Alors fais ce que nous faisons ! Nous fêtons Yom Ha'atsmaout comme un jour de fête [Yom Tov] : nous récitons le Hallel, nous mangeons, buvons et nous nous réjouissons".

Le Rav Ovadia Yossef, ancien Grand Rabbin d'Israël déclare (Kovets Torah chébeal pé vol. 16, 5734 page 19) : “Je voudrais préciser que l’Etat d’Israël et l’indépendance du gouvernement du Peuple d’Israël en Terre Sainte est un événement historique et religieux de la première importance. Apres 2000 ans d’exil, d’errance de notre peuple poursuivi par les peuples étrangers, nous avons eu le mérite de revenir sur notre terre sous un état souverain indépendant : l’Etat d'Israël. Cet Etat permet à nos frères exilés à travers le monde de venir s'installer dans notre Terre Sainte, de construire le pays et de se construire eux-même, sans limite. "Qui sont ceux-ci, qui volent comme une nuée, comme des colombes vers leurs colombiers ? Tes fils arrivent de loin, avec tes filles qu'on porte sur les bras" (Isaïe chapitre 60 verset 4 et 8). L’Etat d'Israël est aujourd’hui le centre de la Thora dans le monde entier. "

Il déclare également dans son Responsa (Yabi'a Omer, 6, 41, 5) : "De nombreux et importants rabbins voient la création de l’Etat d'Israël comme étant le début de la gueoula, comme il est écrit dans le Talmud de Jérusalem : Rabbi H'iya et Rabbi Shimon fils de H'alafta se promenaient avant l’aube, ils virent alors l’étoile du matin percer la nuit noire par une faible lueure. Rabbi H'iya dit à Rabbi Shimon la gueoula d'Israël se comporte de la même façon que cette étoile, au début sa lumière est faible, plus elle avance plus elle nous éclaire car il est écrit lorsque je suis dans l’obscurité D.ieu est ma lumière. De même il est écrit dans le traité Meguila (page 17a) "la guerre fait partie aussi du début de la gueula". Et le Gaon Rav Moshé Kacher ramène dans son livre “Hatekoufa haguedola” (page 374-378) un manifeste dans lequel presque tous les grands de la génération ont signé, qualifiant la création de l’Etat d'Israël comme étant le début de la Gueoula”.

Le Rav Shalom Messas, ancien Grand Rabbin du Maroc et de Jérusalem, donne son approbation à un livre de prière destiné à Yom Ha'atsmaout (Beth Melouh'a) et s'exprime ainsi : "Bien que les paroles de géants de la Torah (le Rav Ouziel et le Rav Hertzog) n'ont pas besoins d’être renforcées et qui viendrait contredire ces rois magnifiques qui ont déjà ordonné et institué (la lecture du Hallel) pour toutes les générations (à Yom Ha'atsmaout) ? Qui est-ce qui pourrait être à ce point non reconnaissant envers D.ieu qui nous a permis de voir des choses auxquelles on n'osait même pas rêver. Il nous a permis de voir le renouvellement d'un gouvernement juif, la multiplicité de grandes yechivot ainsi que la progression de la religion de jour en jour..."

Le Mekoubal Baba Sale ne cessait de prier pour la réussite de nos soldats. Il conseillait certains élèves de Yechiva d’aller à l’armée qui à ses yeux représentait une des plus grandes mitsvot (défendre le peuple juif). Il est également allé sur la tombe de David Ben Gourion et a dit qu’il avait fait de très bonnes choses pour le Peuple mais que dans sa vie personnelle il avait fait des péchés. Il a fait tout son tikoun [réparation de ses mauvaises actions]. Il s'exprimait également ainsi : “Comment ne pas remercier D.ieu ! Alors que lorsqu'on était en exil les arabes nous dominaient et pouvaient faire de nous ce qu'ils voulaient ! Aujourd’hui, nous sommes en Israël et c’est nous qui les dominons!”.

Le Rav Meir Mazouz, Roch Yechiva de "Kissé Rahamim", nous enseigne une allusion au jour de l’indépendance de l'Etat d’Israël : dans le livre de Daniel (chapitre 12) il y est écrit au début "En ce temps-là, Mikhaël, le Prince Supérieur, qui a mission de protéger les enfants de ton peuple, sera à son poste ; et ce sera un temps de détresse (souffrance) tel qu'on n'en aura pas vu depuis qu'existent des nations jusque-là". Le Rav Mazouz explique que cette souffrance correspond à la Shoah. Il est écrit dans le dernier verset de ce chapitre "Heureux celui qui attendra avec confiance et verra la fin de 1335 !". La Shoah s’est terminée durant l’année 5705. Cependant, dans les cieux tout est décrété à Roch Hachana.

Année 5705 : année simple 355 jours
Année 5706 : année embolismique 383 jours
Année 5707 : année simple 354 jours
Année 5708 : jusqu’à la fin du 2ème mois d’Adar : 208
Mois de Nissan + 5 jours : 35 jours

De Roch Hachana 5705 jusqu’au 5 Iyar 5708 (jour de l'indépendance de l’Etat d’Israël), il y eut exactement 1335 jours !

Le Rav Rahamim Naouri, ancien Grand Rabbin de Bône (Algérie) s'exprimait ainsi : "Béni-soit celui qui ressuscite les morts ! Le jour tant attendu est arrivé. Après 1880 ans, Israël a retrouvé un état [Malh'out]. C'est un miracle encore plus grand que la traversée de la Mer Rouge, la prophétie de Ezechiel s'est réalisée !"

Quant au Rabbin Sidi Fredj Halimi, ancien Grand Rabbin de Constantine, il était lui même officiant le jour de Yom Ha'atsmaout et priait avec une profonde joie.

Le Rav Moché H'alfon Hacohen, ancien Grand Rabbin de Djerba a vu en la création de l'Etat d’Israël la réalisation du début du processus de la gueoula et ainsi il s'exprime (Maté Moché page 48) : " Il n'y a aucun doute que c'est le début de la gueoula. Il est donc approprié que chaque juif remercie des milliers de fois D.ieu pour la gueoula car il nous a fait sortir de l’asservissement à la délivrance". Il explique également (Yad Moché paracha Vayeh'i) le verset suivant du livre de Daniel (8, 14) : "Jusqu'à quand les indications de cette vision… Et il me dit "Jusqu'à 2300 soirs et matins alors le sanctuaire sera réhabilité". La prophétie de Daniel a eu lieu au début du second Temple qui a duré 420 ans. De sa destruction jusqu’à l’année de l’indépendance de l’Etat d’Israël il y eu 1880 ans. Soit 420 plus 1880 ans, soit en tout 2300 ans !

Le Mekoubal Baba H'éki (frère de Baba Sale) soutenait avec ferveur l’Etat d’Israël, il y fut même un des dirigeants du parti national-religieux. Alors qu'une fois il entendit quelqu'un se plaindre des israéliens non-pratiquants, il expliqua que les pionniers (constructeurs de l'Etat d’Israël) étaient la réincarnation [guilgoul] des rebelles du second Temple. Puisque c'est eux qui sont responsables de la destruction d'Israël, ce sont eux qui reconstruisent le pays afin de réparer leurs fautes.

Dans le monde Ashkénaze :

Parmi les sommités du monde religieux ashkénaze, certains sont connus pour leur soutien sans faille au processus sioniste en marche : parmi ces rabbins le Rav Tsvi Yehouda Kook, le Rav Itsh'ak Hertzog, le Rav Tsvi Pessah Frank, le Rav Yaacov H'arlap, le Rav Mechoulam Roth et le Rav Menah'em Mendel Kacher pour ne citer que eux.

Mais que pensent les principaux Rabbins du courant orthodoxe lituanien ['haredi] ?

Le Rav Yossef Eliashiv, ancien chef spirituel du courant orthodoxe ashkénaze s'exprime ainsi lorsque quelqu'un lui demanda son avis à propos du hallel de Yom Ha'atsmaout : "Si tu ressens vraiment de la joie, tu peux dire le Hallel" (Afiké banégév page 103).

Le Rav Yossef Kéanman, fondateur de la yeshiva de Poniovitch (une des plus grandes et importantes yeshiva de Bné Brak), avait pour coutume de mettre le drapeau d'Israël sur le toi de la yeshiva à l'occasion de Yom Ha'atsmaout. Bien qu'il déclara à plusieurs reprises que le début de la gueoula avait commencé, il déclarait également se comporter comme Ben Gourion en ce jour : il ne faisait ni le Hallel ni les supplications [tahanounim]!

Le Rav Shlomo Zelman Auerbah', ancien Rosh Yechiva de la Yeshiva Kol Torah, avait l'habitude de ne pas réciter les supplications le jour de Yom Ha'atsmaout. Concernant le fait de réciter le Hallel en ce jour, il déclara qu'il y en a qui le recitent et d'autres non, mais que dans les deux cas chacun avait sur qui s'appuyer. Il est rapporté en son nom (yésoupar lédor) qu'il ne comprenait pas pourquoi certains parcourraient des kilomètres pour aller prier sur les tombeaux des tsadikim [justes] alors qu'à Jérusalem au cimetière du mont Herzl il y avait des soldats saints qui sont morts pour la sanctification du nom de D.ieu.

Le Rav Shlomo Yossef Zavin, rédacteur de l'encyclopédie talmudique s'exprimait de la façon suivante (léor haalah'a hamilh'ama page 56) : "Nous avons mérité de voir de nos jours l’Etat d’Israël indépendant , libre de joug des nations et de l'asservissement de l'exil." Pour cela il écrit également (mah'anayim 6 guillione 25) que nous avons l'obligation de réciter le Hallel, de manger un repas en l'honneur de Yom Ha'atsmaout ainsi que de se réjouir.

A retenir

Bien qu'il subsiste quelques divergences à propos de détails liturgiques (récitation du Hallel avec ou sans bénédiction...), il est clair que l'immense majorité des grands Rabbanim, Sépharades ou Ashkénazes, sionistes ou non, voient dans Yom Ha'atsmaout le début de la délivrance, un jour qu'il faut fêter dans la joie et la reconnaissance envers D.ieu.

 

NB : le livre "Shirat Hagueoula" peut être téléchargé a partir du lien suivant (en hébreu) :

img2.tapuz.co.il/forums/1_116026008.doc

Commenter cet article

A
Dans ce cas votre article n'a aucun intérêt. Soit vous parlez de fêtes religieuses en tant que yom tov et dans ce cas aucun rav n'autorise à fêter Yom haatsmaout. Soit, vous considérez une fête religieuse en rapport avec hanoucca avec récitation du hallel avec brakha (que rav ovadia yossef interdit et tolère ceux qui le font sans berakha. D'ailleurs dans sa réponse le rav Ovadia Yossef dit que ceux qui veulent le réciter après la amida peuvent le faire en s'excluant lui même d'une telle pratique). Soit votre article parle de fête profane ou laique alors l'avis des rabanims ne compte pas.
Répondre
A
Erratum pour mon commentaire. Je voulais dire que rav ovadia yossef déconseille et même proscrit de fêter yom haatsmaout.
Répondre
A
Je ne vais pas être aussi prolixe qu'Eliyahou mais il est de mon devoir de corriger une partie de cet article mensonger concernant l'avis du rav Ovadia Yossef. Dans la référence que vous citez (Yabia Omer 6, 41, 5) , le rav déconseille clairement de ne pas fêter Yom Haatsmaout. En effet, dans ses précédentes responsas (Yabia Omer 6,41,1_4) il exclut complètement de faire le hallel avec berakha car il ne s'agit pas d'un miracle surnaturel, que ça ne concerne pas toute la collectivité d'Israel, qu'il ne s'agit pas d'une gueoula complète etc... Il déconseille dans la responsa que vous citez de faire le hallel sans berakha mais que ceux qui y tiennent peuvent le faire après la tefila sans berakha et non dans l'ordre comme de simples tehilims. Mais en ce qui concerne l'article, prenez le temps de lire la fin de la responsa et de ne pas piocher arbitrairement des passages qui vous arrange. Il dit en effet que selon lui, il s'agit d'un début de délivrance mais sans implication halakhique. Il dit ensuite que ceux qui décrètent des jours de fêtes tels que yom hashoah ou Yom haatsmaout n'ont absolument pas la légitimité pour le faire et qu'il s'agit d'une transgression de la torah de ne pas retrancher ou rajouter à ce qui est écrit. Pour la satisfaction de votre conscience, je vous conseille vivement de corriger le texte en conséquence afin de ne pas faire apparaître rav Ovadia Yossef comme autorisant à fêter yom haatsmaout et entraîner pour vous les conséquences d'une médisance à son encontre. Merci par avance
Répondre
J
Bonjour Ari,<br /> Suite a votre commentaire, j'ai decidé de relir la reponse du Rav Ovadia Yossef concernant le recit du Hallel le jour de Yom Haatsmaout (Yabia Omer) afin de retirer tout doute.<br /> Mais tout d'abords concernant le recit du hallel, il n'est absolument pas ecrit dans cet article que le Rav Ovadia Yossef permet de le reciter que se soit avec brakha ou sans brakha et cela, car ce n'est pas le sujet de l'article. Quoi qu'il en soit je le dit clairement: l'avis du Rav est qu'il est strictement interdit de reciter le hallel avec brakha ce jour la. Je me permetterai juste de corriger un point dans vos propos car vous avez ecrit que "Il déconseille [...] de faire le hallel sans berakha mais que ceux qui y tiennent peuvent le faire après la tefila sans berakha et non dans l'ordre comme de simples tehilims". Certes, le Rav cite cet avis du Rav Ovadia Hadaya dans Yaskil Avdi, mais il ecrit juste apres dans ces termes: "Malgre cela, il semblerai a mon humble avis que si une communauté desirent reciter le hallel sans brakha, apres la priere de la Amida, il ne faut pas leur en empecher" (Yabia Omer 6,41,6).<br /> Maintenant a propos du fait que le Rav Ovadia Yossef deconseil de feter Yom Haatsmaout, j'ai beau avoir chercher dans sa responsa, je n'ai rien trouver qui pourrait ne serais se qu'inssinuer une telle chose. Peut etre, vous etes arrivé a cette conclusion car il ecrit de ne pas reciter le Hallel avec brakha, mais de la a affirmer que son avis est de ne pas feter Yom Haatsmaout, il y a une grande difference. Feter Yom Haatsmaout se traduit pas forcement par le recit du Hallel mais tout simplement par un comportement particulier: certains lisent le Hallel, certains se contenteront du repas festif, certains ne reciteront pas les supplications dans la priere, ou enfin certains se contenteront de remercier Dieu dans des Divrei Torah. Selon certain temoignage le Rav Ovadia Yossef recitait le hallel sans brakha apres la priere, il fesait egalement un dvar torah concernant le jour de Yom Haatsmaout comme on peut le voir dans cette video: https://www.youtube.com/watch?v=XxH93ZO0NtI D'ailleurs j'en profiterai pour citer la fin de cette video:<br /> "Le principal de Yom Haatsmaout est qu'on est un gouvernement juif. Qu'y avez t-il ici ? Le mandat britanique, enemis d'Israel: tout ce qui voulait venir en Israel devait avoir un certificat, sans cela il ne rentrait pas. Favoritisme et ca et ca [c'est a dire seulement par conbinne et favoritisme cela etait possible]. Toute personne qui vennait ici, ils leur fesaient des souffrances et des difficultes. A partir du moment ou l'etat juif fut etablit, si cela avait permis de faire rentrer seulement ceux qui le souhaiter - cela nous aurez suffis et satisfait. Mais la verite est qu'il y a plusieurs millions. A l'epoque du mandat britanique avant la creation de l'etat, il y avait 650 000 personnes dans tout Israel, 650 000. Et maintenant, plus que 5 millions. Qu'est ce que c'est ? [passage pas auditible, selon les sous titres: "Quelque chose de petit ?"] Nous prions Dieu qu'il rajoute a notre fin comme a notre debut. Et que nous ayons un gouvernement composé uniquement de personnes avec la crainte de Dieu, tous des justes, tous qui aiment la Torah. Ainsi nous prions. Mais il est interdit de nier le miracle que Dieu nous a fait. Grace a Dieu. Il a multiplier avec nous. 'Je multiplierai beaucoup ta postérité, tellement qu'elle ne se pourra nombrer' (bereshit 16 10). Et il y en aura encore et encore avec l'aide de Dieu. Tout juif de diaspora qui veut venir en Israel on lui ouvre la porte. On ne lui demande pas des certificats et des documents. Si on le voit, c'est une benediction, qu'il vienne ici. C'est peu a vos yeux !? Ce n'est pas peu. Parlons d'autres choses. A l'epoque du mandat britanique, il n'y avait ni de talmud torah ni le reseau d'educatif Haredi. [Aujourd'hui] Il y a des dizaines de milliers dans des talmud torah, des dizaines de milliers dans le reseau educatif haredi. Tous etudis seulement la Torah. Il n'y avait pas ca avant. Nous devons remercier Dieu qui nous a donner la force, de multiplier la Torah, les mitsvot et les bonnes actions."<br /> Desole pour la longueur de la traduction mais c'etait pour faire comprendre que le Rav Ovadia Yossef est loin de deconseiller et de proscrire de fêter yom haatsmaout. Ainsi la partie de cet article concernant son avis n'ai pas mensonger ou de la medisance a son encontre comme vous l'avez ecris (de plus, seulement ses propos ont etaient cites dans l'article, sans aucun commentaire ou ajout de notre part donc comment parler ici de mensonge).<br /> Un dernier point, vous avez ecrit que le Rav a dit que ceux qui décrètent des jours de fêtes tels que yom hashoah ou Yom haatsmaout n'ont absolument pas la légitimité pour le faire etc.. Pour faire court, ce n'est pas les propos du Rav Ovadia; il les a cites du Hazon Ich qui parle pas de fixer un jour particulier pour Yom Haatsmaout ou Yom Hashoah mais plutot de fixer un nouveau jeune le jour de Yom hashoah. Le Rav Ovadia s'appuit sur cet avis pour prouver qu'il ne faut pas rajouter quelquechose de nouveau comme le recit du hallel avec brakha. A noter qu'etant donner que le Rav Ovadia trancha que le recit du Hallel sans brakha est permis, on peut en conclure qu'il ne fut pas en total adequation avec l'avis du Hazon Ich. Ce ne fut d'ailleurs pas le seul, car de nombreux rabbins ont fixer des jours de joie comme "Pourim Francfort", "Pourim Alger" ou encore lorsque le Rambam voyagea pour s'installer en Israel et un autre jour lorsqu'il arriva a Jerusalem. Et oui, a une certainne epoque, fixer un jour de joie pour une delivrance d'un malheur ou pour remercier Dieu etait quelque chose de tout a fait naturel pour un juif (et ne necessiter pas d'argumentation).<br />
E
Je vais essayer d'aller à l'essentiel même si c'est difficile car ça me prend du temps. Mais je ne peux pas laisser des juifs lorsque je considère qu'ils sont dans l'erreur.<br /> On est tous d'accord pour dire qu'il n'y a pas de souveraineté juive au sens ou les gouvernements n'obéissent pas aux valeurs de la torah. Mais je vais démontrer que non seulement il n'y a pas de souveraineté juive ce qui est évident mais qu'il n'y a pas de souveraineté du tout. Quand je parle de pressions, mon propos est beaucoup plus fin car il s'agit de l'influence des valeurs autres que juives depuis la création de l'état d'Israel. Netanyahu disait lui même dans une interview qu'Israel est un état laique démocratique et occidentale dont les 3 valeurs n'ont absolument rien à voir avec le judaisme. <br /> Etre souverain ou être libre suivant la torah c'est agir conformément aux lois de la torah et à la volonté divine. Etre souverain suivant la définition philosophique c'est agir sans influence, avec conviction et en connaissance de cause. Tous les arguments que vous avez avancé ne prouvent absolument pas que l'état est souverain même suivant la définition philosophique.<br /> Qui a fixe l'hebreu comme langue officiel de l'etat, le chabat comme jour officiel de repos de la semaine, les jours de fetes comme jours feries ? c'est Ben Gourion qui a agit en fonction des groupes de pression religieux et pour avoir la paix sociale suivant les lois de la nécessité. Absolument pas par conviction religieuse. Il s'agit donc de contrainte. L'hébreu était parlé bien avant la création de l'état d'Israel par les juifs. Il n'y a donc rien de nouveau. "Qui dirrige l'economie-social du pays ? l'état mais sous la pression des lobby économique et industriels. L'objectif est la maximisation de la richesse, doctrine capitaliste absolument étrangère à toutes les valeurs de la torah. Israel a été élu l'état le plus inégalitaire de l'OCDE car son objectif est la maximisation des richesses pour l'ensemble plutôt que la réduction des inégalités. "qui elit le gouvernement et les deputes ?" c'est la majorité du peuple qui est parfaitement conscient de la soumission de l'ensemble des candidats aux pressions externes. La démocratie n'a d'ailleurs jamais été une valeur juive. Aucun roi juif n'a été élu par la majorité du peuple mais toujours désigné par un prophète ou une assemblée de sage. La majorité n'a pas forcément raison et l'histoire a d'ailleurs prouvé le contraire. Voici encore une preuve de l'influence de valeurs étrangères. Le meilleur moyen d'être libre est de ne rendre compte qu'à d' et pas aux caprices de la majorité. L'armee et les guerres ? L'armée ne fait qu'obéir à l'état. Si l'état n'est pas libre alors l'armée non plus. Ce n'est certes pas un pays tiers qui a fixé cela mais un pays sous influence aux valeurs des pays tiers ce qui vous en conviendrez est parfaitement équivalent.<br /> J'ai par ailleurs beaucoup d'exemples d'obéissance aux groupes de pressions externes (femme du mur commandées par les lobbyes pro libéraux aux états unis, les facilitations de conversion, projet de loi concernant l'euthanasie, évacuation...). Je ne trouve pas un seul exemple de mesure absolument souveraine de la part de l'état d'Israel. Encore une foi être libre et souverain signifie n'obéir à aucun moment à un seul groupe de pression. Comme vous le dites, tout pays est soumis à des pressions externes à l'exception des véritables royaumes d'Israel (chaoul, David, chlomo). Vous me rétorquerez qu'il y a eu de nombreux roi idolâtres en Israel et on parle quant même de royauté en Israel. Certes la royauté est revenue mais à aucun moment, la retour de la royauté n'a été accompagnée d'une injonction à lire le hallel alors que les sages étaient bien plus grands qu'aujourd'hui à l'époque. Votre argumentaire est donc un argument contre le Hallel. D'ailleurs le Hallel est récité au sujet de la sortie d'Egypte et non lors de la conquête d'Israel par Yehoshoua. Aussi, si la royauté est revenu avec des rois idolâtres, cela ne veut pas dire (bien au contraire) que celle ci a été agréé par d'. Vous conviendrez que dire le hallel au sujet d'un évènement qui n'a pas été agréé par d' est problématique etc... Je vais m'arrêter là car je pense que mon argumentaire est suffisant.
Répondre
E
ça coule de source. Pour qu'un pays soit souverain ou qu'un homme soit libre (comme ce fut le cas à Pessah) il faut qu'il soit soumis à aucune pression externe. Il est d'autant moins libre si ces pressions sont contraires à la volonté divine ce qui est clairement le cas aujourd'hui. Etre libre, c'est agir conformément à la volonté divine ce qui n'est absolument pas le cas aujourd'hui au niveau de la collectivité et de l'état d'Israel. Aussi, quelles est votre mesure des degrés d'impureté? Comment savez vous que nous ne sommes pas au 49 ème degré? Mais peu importe, l'essentiel à Pessah est que tous les juifs ont reconnu la grandeur divine ce qui était loin d'être le cas à la création de l'état d'Israel. Si la grandeur divine n'a pas été reconnu, c'est que le miracle n'était pas visible ou évident donc pas de hallel. J'essaie d'être court dorénavant.
Répondre
J
Que vous le vouliez ou non, tout pays est soumis a des pressions externes economiques ou autres, c'est l'ordre des choses. Evidemment que si l'etat accede a toutes ces pressions, il n'est autre qu'un etat vassal. Mais concernant l'etat d'Israel, qui elit le gouvernement et les deputes ? Qui dirrige l'economie-social du pays ? L'armee et les guerres ? Qui a fixe l'hebreu comme langue officiel de l'etat, le chabat comme jour officiel de repos de la semaine, les jours de fetes comme jours feries ? Il est sur que ce n'est pas un autre pays tiers qui a fixe cela, mais que cela est bien la volonte libre du Peuple d'Israel et d'aucun autre pays. La pression dont vous parlez concerne uniquement un cas specifique: le cas de la judee-samarie et des arabes et juifs qui y habitent. Malgre la pression americaine, de l'ONU et de l'union europeenne pour qu'Israel quitte totalement cette region, il y a aujourd'hui plus de 400 000 juifs qui y habitent, preuve que l'etat d'Israel est bien etat souverain.<br /> Le Rambam s'exprime sur les conséquences de la victoire des Asmonéens de la façon suivante :<br /> "Ils mirent en place un Roi parmi les Cohanim et la royauté d'Israël est revenue pour une période de 200 ans jusqu'à la destruction du second Temple." (Hikhot hanouka 3, 1)<br /> Le Rav Ouri Sherki fait remarquer que durant ces 200 ans où "la royauté est revenue", la plupart des rois étaient loin d'être irréprochables... (Zeit Raanan-1) Parmi eux, il y eut Yanaï Alexandre qui tua des rabbins, Yoh'anan qui devint karaïte, Aristobule qui se battit contre ses frères, Hérode qui fit tuer de nombreux sages de la Torah ou encore Agrippa II qui aida les romains à réprimer la révolte juive... Bien que la plupart de ces rois ne fussent absolument pas de grands justes, le Rambam n'hésite pas à louer le fait que la royauté revint en Israël pendant toute cette période. Le fait que ceux qui dirrigent le pays ne suivent pas toujours le chemin de la Torah, ne change rien au fait que se soit un etat juif tant que ses dirrigeants sont juifs.<br /> La creation de l'etat d'Israel est la renaissance du corps de la collectivite de la nation juive. Grace a D., cette naissance tant attendu a eu lieu et maintenant, la prochaine etape est d'y instaurer une ame a ce corps. Cela prend du temps, mais plus le temps passe et plus nous nous rapprochons du but: "un royaume de prêtres (de Cohanim) et une nation Sainte" ["mamléh'ét cohanim végoy kadoch"] (Shemot 19, 6).<br /> Nous prions tous les jours pour que nos dirrigeants suivent la voie de la Torah et de nos sages, mais n'oublions pas que cela depend principalement du nombre de juifs religieux en Israel (d'ou l'importance de l'alyah).
E
Je rajouterais 2 mots pour contrer votre argumentaire. Ce que vous appelez La Ribonout est la cohésion autour du projet divin. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, ni en France, ni en Angleterre, ni même en Israel. Il n'y a pas de souveraineté juive en Israel. Preuve en est que les gouvernements successifs obéiront davantage aux ordonnances des ses alliés surtout américains qu'aux ordonnaces de la torah. CQFD. Aussi votre raccourci avec Pessah me semble douteux. A pessah, tous les juifs ont reconnu la grandeur de d'. Je ne crois pas que ce fut le cas à Yom Haatsmaout sinon on aurait pas ce débat aujourd'hui. Votre argument pêche donc à la source. Je vous remercie encore pour vos réponses et votre temps mais ils ne me font que me conforter dans mon opinion qui ne fait que refléter celui des grands rabanims actuels.
Répondre
I
Le Rav Ouri Sherki répond à cet argument en expliquant que tous les pays sont soumis aux pressions des autres, diriez vous que aucun pays du globe est souverain parcequ'il tient compte des pressions russes, ou americaines, ou de l'OPEP, ou de la Chine ? Il faut donc rejeter cet argument : Israël est absolument souverain aujourd'hui. Ce que vous dites sur le raccourci avec Pessah vous dites ils ont tous reconnus la grandeur de D. et il faut ajouter : et étaient tous au 49ème degré d'impureté et pourtant nous fétons Pessah. A plus forte raison que nous devons nous réjouir à Yom Haatsmaout ou bien entendu les juifs (religieux et non religieux) qui ont fondé l'état n'étaient pas au 49ème degré d'impureté comme les hébreux au sortir de l'Egypte.
E
Jérémy,<br /> Je regrette vraiment que vous soyez sur la défensive à vouloir justifier de manière peu rationnel quelque chose qui fait consensus parmi les grands rabanims. Vous avez cité Rav Goren, Rav Cherki ou Rav Adari qui autorisent le hallel avec berakha. Pour ma part, je vous cite entre autres Rav Eliyashiv, Rav Chakh, Rav Ovadia Yossef, Rav Steinman ou le rabbi de loubavitch qui condamnent tous la lecture du hallel avec berakha et certains même celle sans berakha. Je laisse le choix à chacun de décider. J'ai bien compris que vous penchiez vers l'option du hallel avec berakha et vous prenez donc le risque de contrevenir consciemment aux avis des grands rabanims que j'ai cité. Celà ne me pose pas de problème mais mon devoir en tant que juif est de vous avertir d'autant que l'argument selon lequel chacun suit l'avis de son rav est fallacieux (je constate tout de même avec satisfaction que vous n'êtes pas d'accords avec Itsrak disant que la décision de ce beth din s'applique à tous les juifs). Il n'est écrit nulle part que l'on doit obéir au doigt et à l'oeil à son rav, à sacrifier son intelligence (nous ne sommes pas une secte). Il est di assé lekha rav c'est à dire d'avoir un rav pour l'enseignement. Nous ne sommes pas une religion fanatique et aucun rav censé demandera à ses élèves de ne pas avoir d'opinion. Cela ne vous éxonère donc pas de votre responsabilité surtout lorsqu'il s'agit de transgression d'un commandement essentiel. Lorsque je vous dit que l'argument halakhique de la récitation du hallel est indéfendable, c'est que j'ai étudié longuement la question. J'ai même balayé sans aucune difficulté les arguments avancés dans certains livres que vous citez et qui ont été repris sur le site Cheela.com. Je n'ai malheureusement pas obtenu de réponses sachant que j'avais de nombreux autres arguments à avancer. <br /> Pour ce qui est de l'accusation porté contre moi de lachon ara concernant le rav Goren, je pense qu'une mise au point est nécessaire. Le lachon ara concerne une critique ou une vérité à propos de la personne. Le lachon ara est lié au fantasme. Ici, je n'ai jamais critiqué la personne que je ne connais pas mais ses idées que je connais. J'ai dit que les idées de cette personne sont contestées par les plus grands rabanims (rav eliyashiv, rav ovadia yossef dans une lettre et beaucoup d'autres rabanims qui ont même remis en questions ses conversions). C'est un fait et vous remarquerez que je n'ai jamais critiqué la personne sans doute respectable. Citez moi un grand rabbin qui suit l'avis du rav Goren? J'ai aussi dit une autre vérité évidente qui a semblé vous choquer. Le rabbinat d'Israel est payé par l'état, élu par des agents de l'état et rattaché à l'état. Il ne peut donc être totalement indépendant et ne peut critiquer l'état. Il ne pourra donc jamais être élu s'il est opposé à yom haatsmaout. Le rav Ovadia Yossef avait parfaitement conscience que le rabbin d'Israel a une fonction de représentation et pas de décisionnaire en terme de halakha. Il n'y a d'ailleurs pas de honte pour un rabbin à assumer une fonction politique à condition de ne pas être corrompu. Il n'a d'ailleurs jamais utilisé sa fonction pour statuer sur la halakha au nom du peuple juif. Allez voir le rabbin de france actuelle et demandez lui s'il vaut mieux l'écouter ou écouter le dayan pour la halakha. Contrairement à ce que vous pensez, de nombreux rabbins tels que rav Moshe Sahpira ont toujours refusé d'être rémunérer ce qui leur assure une grande indépendance d'esprit.<br /> Que nous puissions bientôt faire des louanges sincères pour d' et non des fausses louanges pour servir une idéologie laique opposée aux valeurs de la torah.<br /> Que nous puissions être uni sur un projet commun et non sur des malentendus. <br /> Vous êtes parfaitement libre de faire et de croire ce que bon vous semble. Vous me permettrez aussi de protester lorsqu'on interprète contrairement à la halakha et la décisions de nos sages de fixer le hallel uniquement les jours de Yom Tov et de Hannoucah est remise en question. Qu'auriez vous dit si demain j'écris un article sur un rav qui oblige à ne pas jeuner le jour de kippour pour fêter la victoire de la guerre?
Répondre
I
Cher Elyahou, je respecte votre quête de la vérité et les recherches que vous faites sur le sujet. Cependant je pense qu'il faut clore ce débat car à mon sens, la seule façon de savoir si oui ou non il faut faire la berakha sur le Hallel, c'est de comprendre l'importance d'un point essentiel sur lequel toute la Torah s'appuie, c'est le principe de "Ribonout" ou souveraineté en français. Je ne peux pas sur un pied expliquer ou exposer ce point que j'étudie depuis plus de 14 ans maintenant. C'est la clé de tout. Sans souveraineté, il n'y a pas de Am Israël, pas de mitsvot, pas de Torah et même pas de terre d'Israël. Pas de Torah sans souveraineté ???!! D. a t'il donné la Torah à Avraham, ou Itsrak, ou Yaakov ? Ou au tribus en Egypte ? Non. La Torah n'a pu descendre sur terre que parceque les hébreux se sont regroupé de manière mystique "ke ich ehad belev ehad" comme un seul homme avec un seul coeur. Cette cohésion qu'aucun autre peuple ne peut réaliser à permis de recevoir la Torah. Cette cohésion est appelé aussi Ribonout. Lors de la destrcution du deuxième temple les juifs étaient tous des religueux ! Il y avait des yechivot et des milliers d'érudits, et pourtant il y avait la sinat hinam, la haine gratuite qui fait la décohésion, donc il n'y avait en vérité pas de Torah, et pas de terre. Donc ils ont été expulsé de la terre car la terre ne peut contenir le peuple que quand il y a cette cohésion, ET la souveraineté. A partir du moment où le peuple décide de reigner sur lui même et de ne plus être dirigé par les français (pour les juifs de France par exemple), ou les anglais (en 1948 en Israël), alors cette cohésion prend forme de manière concrète et alors seulement peut descendre la Torah et donc les mitsvot. Avant Yom Haatmaout, il n'y avait donc que du potentiel mais rien de réel. C'est pour cela que le premier ministre à le statut de Roi d'Israël, d'après la Halakha (voir l'article correspondant sur ce blog). Mais je ne fais qu'éfleurer ce sujet qu'il faut des années pour comprendre. Je vous invite à étudier Orot du Rav Kook et les écrits de notre maitre le Rav Tsvi Yehouda Kook, maitre de mon maitre le Rav Yehochoua Tzukerman. Sans souveraineté di'Israël (qui n'a rien à voir avec la politique) par Israël, la Torah ne peut pas descendre en ce monde, ça reste "en haut" car ça ne peut pas s'habiller sur terre. Et la seule terre où ça peut descendre est Erets Israël avec souveraineté juive pour faire cette cohésion. Donc Yom Haatsmaout est le plus grand jour de l'histoire juive depuis Matan Torah, car il signe le retour de la Ribonout en Israël et c'est donc un évenement mystique et métaphysique, et religieux de la plus haute importance. Par conséquent il prend la même valeur que Pessah par exemple et reçoit bien évidemment la lecture du Hallel avec beraha le soir et matin comme pessah. Pessah = sortie d'un peuple après 200 ans (210 exactement), Yom Haatsmaout = sortie de 100 peuples après 2000 ans. Yom Haatsmaout est donc plus grand encore que Pessah. Si a Pessah on fait le Hallel avec berakha le soir et matin, KalVaHomer qu'à Yom Haatsmaout on devra le faire aussi ! Eliyahou, je sais bien que tout ceci est nouveau et je comprendrais qu'il vous soit très difficile de le comprendre. je pense que nos opinions respectifs ont été avancés, et ce message de cloture du débat, s'il vous plait, n'appelle pas à un contre argumentaire. Avec tout mon respect. Itsrak
E
Itsrak,<br /> <br /> Depuis le beth din de rabbi Yokhnan Ben Zakkai, aucun beth din unique n'est apparu comme une autorité centrale de la loi juive et ne peut décréter pour l'ensemble du peuple juif surtout pour contrevenir aux décrets de nos sages. Il est d'ailleurs curieux que vous parlez du Grand Rabinnat d'Israel qui interdit à l'unanimité aujourd'hui le hallel avec Berakha. Citez moi un seul grand rabbin reconnu aujourd'hui qui l'autorise? Vous n'en trouverez pas un seul car ceci est indéfendable du point de vue halakhique. Je peux en donner les raisons mais un site internet n'est pas le bon endroit pour discuter du fonds. En faisant le hallel avec Berakhah, vous savez consciemment que vous transgressez un commandement d'après l'ensemble des grands rabanims. D'ailleurs, le rabbinat d'Israel est une fonction davantage politique que religieuse. Il s'agit de fonctionnaires religieux payés par l'État. Rav Eliyashiv ou Rav Steinman sont bien plus compétent au niveau halakhique que rav Lau (grand rabbin d'Israel actuel). Voici pour information les personnes chargées de la nomination du grand rabbin d'Israel :<br /> les 30 rabbins des plus grandes villes du pays, 24 des plus grandes municipalités, les dix plus anciens juges rabbiniques en poste, le grand rabbin de Tsahal et son adjoint, 10 rabbins choisis par le ministre des Cultes après l'accord du gouvernement<br /> <br /> -les 25 maires des plus grandes villes du pays, 10 maires de conseils régionaux et locaux, 18 présidents des consistoires locaux des plus grandes localités, deux ministres choisis par le gouvernement, 5 députés élus par la Knesset et 10 personnalités publiques désignées par le ministre des Cultes <br /> <br /> Concernant le Beth Din que vous avez mentionné dirigé par rav Goren, il n'a absolument aucune valeur pour l'ensemble du public religieux. Shlomo Goren a été critiqué par Rav Ovadia Yossef pour des décisions tendancieuses et Rav Eliyashiv a refusé de siéger dans ce beth din. Aussi, Le tribunal rabbinique de Jérusalem a rejeté la conversion d'une femme faite il y a 30 ans sous les auspices de l'ancien rabbin Shlomo Goren.<br /> Comment parler de Beth Din alors que les plus grands rabbanims ont rejeté à l'unanimité les décisions de celui-ci. Je répète : aucun grands rabbins actuel ne fait le hallel avec berakhah et tous sont d'accords pour dire qu'il s'agit d'une grande faute (y compris rav Ovadia Yossef). Rav Ovadia Yossef écrit dans Yabia Omer (tome 10, ch. 53) qu'on peut faire le Hallel Yom haatsmaout, néanmoins il précise que si on le dit avec brakha, on fait une brakha lévatala, et on transgresse par cela le 3e des 10 commandements. S'il vous plaît, n'associez pas des noms de rabanims avec autant de légèreté. Cela risquerait de tromper les personnes et vous faire beaucoup de torts.
Répondre
J
Le fait que des maires de villes fassent parti des personnes qui nomment les grands rabbin d'Israel, ne fait pas du rabinat d'Israel une fonction politique. En effet, l'un des rabbins d'Israel est president du Grand Tribunal Rabinique (plus haute cour d'appel du pays dont ses membres sont parmis les dayanim les plus competents du pays; le Rav Eliashiv en etait membre pendant 15 ans) et l'autre est president du conseil du rabinat d'Israel (chargee de gerer la halakha au seins de l'etat d'Israel; les plus grands rabbins font ou en ont ete membres). Le fait que le Rav Eliyashiv ou Rav Steinman n'est pas ete nomine est uniquement un choix personnel de leur part afin de se consacrer a 100% a l'etude et tranchement de la Halakha sans etre derranger par la bureaucratie de l'etat (s'ils le souhaitaient, ils auraient pu atteindre cette fonction). Quoi qu'il en soit, la plupart du temps, c'est eux qui designent quel sera le grand rabbin Ashkenaze. Selon vous le Rav Mordehai Eliyahou et le Ovadia Yossef ont egalement eux pendant 10 ans une fonction politique plus que religieuse? n'oublions pas que nous parlons de geant de la Torah.<br /> De plus, le fait qu'ils soient payer par l'etat prouvent strictement rien, puisque tous les rabbins en Israel et meme en France sont payer par l'Etat, ainsi que tout ceux qui etudient dans des Kollel et d'ailleurs tout le monde en ai bien content.<br /> A propos du Rav Goren, vous ne pouvez pas utiliser une Halakha qui a fait polemique dans le domaine de Mamzer pour dire qu'il etait contester et qu'il n'a aucune valeur pour l'ensemble du public religieux. Apres tout, des divergences d'opinions il y en a souvent, meme entre les grands rabbins et parler comme vous le faite d'une sommite religieuse est regrettable voir interdit par la torah (lachon ara). Je citerai les paroles du Rav Shalom Messas (hakdama shemesh oumaguen 3): "le geant, grand et reconnue, notre maitre, le Rav Shlomo Goren me disait que je n'etais pas un ami a ses yeux mais un frere, que son ame soit lie par la vie avec les ames des peres du monde, David et Shlomo, qu'ils (avec le Rav Ovadia Yossef) m'ont encourrage et rapproche par des appels les uns apres les autres jusqu'a que je laisse tout et vienne m'installer en Israel". Je pourrait rajouter encore d'autre preuve de la grandeur du Rav Goren, mais le fait de parler de cela, montre a quel point le debat est descendu bas, donc je n'ajouterai rien.<br /> L'avis du rav Ovadia Yossef est certes qu'il ne faut pas reciter la brakha sur le Hallel mais ce n'est pas une raison pour ignorer l'avis different d'autres grands rabbins, meme s'ils n'en representent pas la majorite. Tout le monde n'est pas oblige d'accepter le tranchement de la halakha par le Rav Ovadia Yossef. Chacun doit faire comme son Rav, et si son Rav tranche qu'il y a doute concernant la brakha, il doit s'en abstenir mais si le Rav tranche sans aucun doute qu'il est une obligation de dire une brakha quelle qu'elle soit, lui et ses eleves sont oblige de se conduire de la sorte et ne peuvent s'en abstenir. Vous dites que reciter le hallel avec brakha est "indéfendable du point de vue halakhique" je vous conseil donc de lire "Beohala shel Torah" du Rav Yaacokv Ariel, "Shakhar aalelkha" du Rav Adari, "Torat hashabat veamoaed" du Rav Goren ou "Beth Meloukha" du Rav Ouri Sherki et j'aimerai bien savoir si apres cela vous etes capables de reaffirmer ce que vous venez de dire.<br /> Que nous puissions meriter de voir la venue du Machiah et le retablissement du Sanhedrine, afin que toute divergente d'opinions au sein d'Israel ne soit plus que de vieux souvenirs. Amen.<br />
I
Je recopie ici la réponse à "Faut il faire la berakha sur le Hallel à Yom Haatsmaout"<br /> <br /> Le Rav Avraham Guisser, Rav du Ychouv Ofra explique dans son livre "Sefer Hatefilot leYomHaatsmaout" [Livre de prière de Yom Haatsmaout] (page 3) tout le cheminement qui a conduit à la décision actuelle :<br /> <br /> Au départ, le Hallel fut institué sans berakh'a<br /> <br /> "Au tout début, la Rabanout Harachit LeIsrael [Le Grand Rabinat d'Israël] avait fixé de dire des chants, des paroles de remerciements, et la lecture du Hallel sans obligation de dire la berak'ha. De très nombreux avis avaient été donnés sur ce sujet :<br /> <br /> Le Rav Ouziel pensait qu'il était obligatoire de dire la berakh'a de ''Sheeh'eyanou'' [bénédiction de reconnaissance dite en particulier lors des fêtes]<br /> <br /> Le Rav Ounteman et le Rav Mishoulam Raata, le Rav Ouziel et le Rav Ertzog et d'autres encore avaient tranché qu'il fallait dire le Hallel avec berakh'a. <br /> <br /> Cependant, celui qui décida fut le Rav Hertzog qui ne voulut pas obliger la berakh'a, comme il l'écrivit lui-même dans une réponse (Note 2) au sujet de la berakh'a du Hallel et de celle de Sheeh'eyanou :<br /> <br /> ''Je ne vois pas pourquoi il n'y a pas de sage qui puisse trancher dans ce domaine, quel que soit le courant concerné... Que les choses soient claires : nous n'avons pas interdit les brekhah'ot ! Mais afin de ne pas tomber dans les controverses internes, ou venant de l'extérieur, nous sommes tombés d'accord pour lire le Hallel sans berakh'a.'' <br /> <br /> Durant toutes les années, il y avaient des coutumes diverses et de nombreuses recommandations dans les communautés à ce sujet.<br /> <br /> Suite à la guerre de Kippour, le Hallel fut fait avec berakh'a<br /> <br /> En l'an 5734 (1973) fut publiée une décision du conseil du Grand Rabbinat d'Israël, du temps du Rav Shlomo Goren et du Rav Ovadia Yossef, qui dit ceci : <br /> <br /> "Ainsi, le Conseil du Grand Rabinat d'Israël décide à la majorité qu'il y a une grande place d'après la Halakh'a, pour dire cette année le Hallel avec Berakh'a le jour de Yom Haatsmaout prochain. Et par le mérite des Saints et Purs qui se sont sacrifiés et qui sont tombés dans les guerres d'Israël et dans la guerre de Kippour pour la sanctification du Nom Divin, du Peuple et de la Terre (d'Israël), nous aurons le mérite de voir la réalisation de la prophétie de la délivrance pleine et entière." <br /> <br /> Décision définitive : le Hallel devra être récité tous les ans avec la berakh'a<br /> <br /> Le 3 Eloul 5734 fut décidé :<br /> <br /> "Le Conseil du Grand Rabinat d'Israël déclare que la décision qui a été prise par elle le 25 Nissan 5734 au sujet de dire le Hallel avec Berakh'a à Yom Ha'atsmaout aura désormais cour également pour les années à venir jusqu'à la venue de notre juste Libérateur, rapidement et de nos jours, amen".<br /> <br /> Dans les livres de prières qui furent publiés suivant les directives du Grand Rabin le Rav Shlomo Goren en 5736, il fut fixé entre autres : Berakh'a de Sheekh'eyanou à l'entrée de la fête ; Hallel avec berakh'a, le soir et le matin.<br /> <br /> Et, poursuit le Rav Guisser, c'est un fait : j'ai eu la chance d'être officiant lors de la prière du soir de Yom Haatsmaout en 5737, en présence du Rav Zvi Yehouda Kook chez lui, et nous avons dit le Hallel avec berakh'a ce soir là."<br /> <br /> A retenir<br /> <br /> Le Grand Rabinat d'Israël a décrété la Halakh'a pour l'ensemble du Peuple juif depuis les miracles de la victoire de la guerre de Kippour, à savoir qu'il faut dire la berakh'a sur le Hallel à Yom Haatsmaout. L'institution est la suivante : berakh'a de Sheeheyanou à l'entrée de la fête, Hallel avec berakh'a le soir et le matin.
Répondre
I
Bonjour Elyahou,<br /> pour notre part, nous allons suivant le Mara de Atra chez nous qui est le Rav Avi Guisser qui explique clairement dans son livre, qu'il faut faire le Hallel avec berakha le soir et le matin à Yom Haatsmaout. Je vous prie de lire attentivement cet article qui explique pourquoi il faut faire la berakha. http://torahdisrael.over-blog.com/2015/07/doit-on-dire-la-berakh-a-sur-la-lecture-du-hallel-a-yom-haatsmaout.html<br /> <br /> Eliyzhou, vous y apprendrez que de dire la berakha sur ce Hallel au contraire d'être une berakha levatala (has veshalom) est une obligation. Bonne journée.
Répondre
E
Jéremy,<br /> <br /> Je serais aussi bref et synthétique. Je regrette tout d’abords vos commentaires concernant mon parti-pris. Je n’ai aucun intérêt à me positionner contre la création de l’état d’Israel. J’ai de la famille comme nous tous en Israel et je bénéficie de l’état d’Israel en tant qu’état refuge. Aussi, je me marginaliserai totalement de ma communauté si je devais adopter une position opposée à l’état d’Israel. Il est donc parfaitement faux de dire que je suis parti-pris. Bien évidemment, j’ai une position halakhique étant donné que j’ai étudié profondément ce sujet mais je me suis formulé cet avis en toute objectivité. Malheureusement ce n’est pas votre cas et vous ne vous en cachez pas. Tout d’abords votre article est clairement orienté. Vous avez mis en avant les rabbins héritiers du rav Cook ou sioniste au début et à la fin de votre article. Aussi, votre conclusion est clairement erroné et vous ne semblez pas vous soucier de transgressions aussi grave que la prononciation du nom de d’ en vain (berakha levatala) et en occultant de dire que la quasi-totalité des rabanims interdisent le hallel avec Berakha (ceci n’est d’ailleurs qu’un « détail liturgique" d'après vous). Lorsqu’on est animé de passion idéologique, tout est un détail même la profanation du nom divin qui est aussi grave si ce n’est plus que la profanation du Shabbath. Ensuite, vous rapportez des éléments absolument hors sujet par rapport aux thèmes de votre article en prenant des raccourcis (si Baba salé priait pour les soldats ou s’est déplacé sur la tombe de Ban Gourion, c’est forcément qu’il fête Yom Haatsmaout alors que personne même parmi vos sources ne l’a vu fêté Yom Haatsmaout. Pareil pour rav Eliyashiv qui ne le fêtait pas avec certitude. Pour information, il habitait à Bnei Brak) Vous ne répondez absolument pas aux questions de fonds que j’ai formulé comme celle-ci qui pourrait vous troubler. Vous me reprochez d’avoir pris pour source un universitaire reconnu au Canada , une personne qui connaît le milieu religieux mieux que vous et moi (rav Ron Shaya et qui à ma connaissance n’est pas contre l’état d’Israel). Vous critiquez la probité des personnes en raison de leurs origines au lieu de répondre sur le fond. Lorsque je vous dis que je peux vous prouver avec certitude que la lecture du hallel est interdite à Yom Haatsmaout, vous semblez peu curieux de connaître mon argumentation…. Vous me dites que le hallel n’est pas le sujet de l’article mais le titre de votre article est bien : « Les Grands Rabbanim pensent-ils qu'il faut fêter Yom Ha'atsmaout ? . J’imagine qu’il s’agit de le fêter religieusement puisque vous considérez qu’il s’agit d’un article de torah. Une fête se caractérise bien par la récitation du hallel et le fait que l’on ne dise pas les tahanounims? Je ne vais pas encore développer car je vous ai promis d’être bref. Pour être synthétique, voici ce que j’appelle un article objectif. C’est de ramener tous les noms et que chacun se fasse son avis. Vous n’avez ramenez que des noms supposés fêter Yom Haatsmaouth. Je vais donc reprendre les listes que vous m’avez communiquer avec la mienne et je vous laisserais même le bénéfice du doute notamment concernant Rav Kaheneman, rav Ovadia Yossef et rav Auerbach (bien qu’il est étonnant que celui-ci ne récite par les Tahanounim. Il aurait été immédiatement isolé au sein de la communauté orthodoxe. Pareil pour rav Ovadia Yossef ou certains disent qu’une brith avait lieu tous les jours dans sa communauté et donc que l’absence de tahanounim ne veut rien dire). Bien entendu, je vous laisse la responsabilité de vos affirmations pour ces rabanims.<br /> Une joie suppose 2 choses : que l’on s’abstienne de manifestations de deuils (pas de tahanounims) ou que l’on fasse place à des manifestations de joie (hallel sans berakhah). Je répète que le hallel avec Berakha est autorisé que par des rabanims très contestés tel que le rav Goren dont j’ai parlé et qui se compte sur les doigts d’une main(rav Eliyashiv s’est d’ailleurs retiré du Beth Din en raison de la présence de Goren). Voici la liste et je vais commencer par la liste de ceux qui fêtent pour ne pas que vous croyez que je suis parti-pris :<br /> - Ceux qui fête yom haatsmaout totalement (réciation du hallel sans berakha) (vous remarquerez qu’il sont quasiment tous héritiers spirituels du rav Kook) :Rav Kook, Meir H'aï Ouziel, Rav Yossef Messas, Rav Shalom Messas, Rav Hertzog, Rabbin Sidi Fredj Halimi, Rav Moché H'alfon Hacohen, Baba H'éki, Rav Tsvi Yehouda Kook, le Rav Tsvi Pessah Frank, le Rav Yaacov H'arlap, le Rav Mechoulam Roth, Rav Shlomo Yossef Zavin, rav Mordekhai Eliyahou, Rav Avraham Kahana Shapira, , Rav David Hacoken Hanazir, Rav Amram Abourbiya, auteur du Netivey Am, Rav David Hayim Halevi, grand rabbin de Tel Aviv, Rav Itskhak Nissim, Rav Yaacov Ades<br /> - Ceux qui fête Yom Haatsmaouth modérément (non récitation des supplications) : Rav Yossef Kéanman et rav Ovadia Yossef, Rav Shlomo Zelman Auerbah (je rappelle que vous laisse la responsabilité sur ces 3 rabanims), Rabbin Sidi Fredj Halimi, Rav Meir Mazouz, Rav Rahamim Naouri, Rav Mordhai Atia (sur ces 4 rabanims je fais des suppositions favorables par rapport à ce que vous dites dans votre article)<br /> - Ceux qui ne le fêtent pas du tout (qui ne font ni tahanounim, ni hallel): Rabi de loubavitch et tous les grands Admour hassidim à l’exception de l'admour de Modzitz, l’ensemble des grands rabbins lituaniens à l’exception du Rav Yossef Shlomo Zevine, Hafets Haim, Baba Sale, rav Eliyashiv, rav Kanievski, rav sonnenfeld (grand rabbins d’Israel et élève du Ktav SOfer), rav Wozner, rav Chakh, Hazon Ich, rav Elchonan Wasserman, Rabbi Chaim Ozer Grodzinski, rav Zalman Sorotskin, Hakham Salomon Eliezer Alfandari, Rav Moshé Feinstein, , le Rav Chmulevitch zatsal, roch yeshivat Mir, Rav Finkel zatsal, Rav Finkel chalita, roch yeshivat Mir, rav de Brisk, le Tsits Eliezer chalita, le Michné halakhot chalita, le Chevet halevi chalita, le Rav Greinman chalita, le Rav Karelitz chalita, le Rav Yaacov Kaminetsky zatsal, le Rav Klouft zatsal, un des grands kabbalistes ashkénazes de la génération passée, le Rav Steinman chalita, le Rav Levkowicz, Rav Ben Tsion Aba Chaoul zatsal, le Rav Ezra Atié zatsal, le Rav Yehouda Tsadka zatsal, le Rav Moche Tsadka chlita, Rabbi David Abou'hatsera chlita, le Rav Sasson Mizrahi zatsal qui était le plus grand kabbaliste de la génération passée (d'après le Rav Ben Tsion Aba Chaoul zatsal), le Rav Hillel chlita, le Rav Ben Tsion Moutsafi chlita, son père le Rav Yaacov Salman Moutsafi zatsal, un des plus grands kabbalistes de la génération de la création de l'état, le Rav Kadouri zatsal, le Rav Nissim Toledano, rosh yeshiva de Beer Yaacov, le Rav Emmanuel Toledano, auteur des nombreux livres de halakha « Oté Or », le Rav Michael Toledano et son frère Rav Gabriel Toledano les raché yeshiva de la yeshiva Or baroukh, roch yeshivat Kol Yaacov, son père Rav Yehouda Ades<br /> Chacun jugera. Si vous voyez un rabbin à retirer d’une liste ou un autre à rajouter, je me ferais un plaisir de la rajouter. Il en vas de votre responsabilité concernant les rabanim que j’ai cité et qui fêtent Yom Haatsmaout. Parcontre, ne me communiquez par des rabbanims de quartiers. Ici, il ne s’agit que de grands rabanims. Dans votre liste, j’ai d’ailleurs noté de nombreux rabanims inconnus même parmi ceux qui sont infiltrés dans les milieux religieux.
Répondre
J
Eliyahou,<br /> Comme je l'ai ecrit precedemment, je ne compte pas a repondre a vos commentaires, pas parcequ'ils ne sont pas interessant mais tout simplement parce que je pense que nos avis ont ete suffisement eclaircis et qu'on ne ferait que se repeter.<br /> Malgre cela, je souhaiterai eclairci un point important a mes yeux: Par rapport a votre commentaire il semblerai que je n'ai pas ete clair sur ce que j'ai ecris sur Rabkin et sur le fait q'il soit Ashkenaze. Je ne pense pas que l'honnêteté intellectuelle dépend de son origine comme vous l'avez compris de mes propos. Ce que je voulais dire c'est qu'il n'y a que une personne d'origine Ashkenaze qui peut essayer de prendre des rabbins et de les diviser en differentes categories (sionistes et anti-sionistes). Car (selon moi) un sefarade ne viendrai pas de maniere naturelle a separer les rabbins et les "trier", a plus forte raison concernant des rabbins sefarades qui est bien connu qu'il ne se sont jamais diviser en categories / mouvances, comme ce fut le cas dans le monde ashkenaze. A propos du Rav Ron Shaya, je le respecte comme je respecte tout autre juif et tout autre rabbin, mais cela n'interdit pas d'exprimer son desacord sur ses propos.<br /> Un second point important: J'ai plusieurs fois dis que je ne souhaitais pas m'exprimer sur le fait de dire le Hallel avec Brakha ou sans brakha mais je n'ai peut etre pas suffisement expliquer quant est la raison. Donc voici les principales raisons en bref:<br /> - parce que ce n'est pas le sujet de l'article: il a pour but l'avis des rabbins par rapport a la creation et non de parler de quelle maniere il est souhaitable de feter yom haatsmaout (hallel ou non, avec brakha ou non. (Certes, j'ai cite plusieurs fois que certains rabbins fesait le Hallel, mais le seul but etait de montrer que pour ces rabbin la creation de l'etat a une grande importance, autrement il ne ferait pas le hallel).<br /> - parce que le recit du hallel ou non a yom haatsmaout est un autre sujet en soit et parler de plusieurs sujet dans un article est tout simplement impossible.<br /> - parce que c'est un sujet halakhique et que a mon avis personnel, un sujet halakhique ne peut pas etre aborder sur un site internet contrairement a ce que vous faites mainte fois dans vos commentaires.<br /> - parce que concretement ca ne concerne qu'une personne: le chaliah tsibour de la synagogue.<br /> <br /> Bien que vous m'avez accuser de tromper et de faire pecher les lecteurs en disant qu'il faut dire le hallel avec brakha, vous remarquerez que j'ai stristement JAMAIS ecrit dans l'article qu'il fallait le reciter avec brakha et cela meme lorsque j'ai cite des rabbins qui le fesait avec brakha. Et cela volontairement, parceque encore une fois ce n'est pas le sujet ici.<br /> <br /> Enfin, comme dans beaucoup d'articles, ce n'est pas moi personnelement qui est ecrit le titre et la conclusion de l'article et je reconnais que le titre n'aurait peut etre pas du etre: "Les Grands Rabbanim pensent-ils qu'il faut fêter Yom Ha'atsmaout" mais plutot "Quel est l'avis des Grands Rabanim a propos du jour d'independance de l'Etat d'Israel", qui est veritable sujet de l'article. Je vais voir ce que je peux faire pour changer cela.<br /> <br />
E
J'oubliais pour les plus connaisseurs : Rabbi Chaim Ozer Grodzinski (un des plus grands rabbins lituaniens opposé au projet sioniste), rav Zalman Sorotskin qui ne fêtait pas Yom Haatsmaout. Encore une fois ta conclusion est fausse. Lorsque tu dis :<br /> -"Bien qu'il subsiste quelques divergences à propos de détails liturgiques (récitation du Hallel avec ou sans bénédiction...". C'est complètement faux : même le rav Mordekhai Eliyahou qui fut l'un des plus sioniste parmi les rabbins interdisait de le faire avec Berakha. Si l'article était rigoureux, il aurait dit l'unanimité des grands rabanims interdit de le faire avec Berakha.<br /> -" il est clair que l'immense majorité des grands Rabbanim, Sépharades ou Ashkénazes, sionistes ou non, voient dans Yom Ha'atsmaout le début de la délivrance" : Cette affirmation n'apporte rien au débat et le problème est mal posé. IL peut très bien y avoir des évènements malheureux qui sont début de la délivrance comme les douleurs de l'enfantement du messie et les guerres. Doit-on pour autant les fêter. Il est entièrement faux de dire que l'immense majorité des rabanims fête Yom Haatsmaout et cette formulation répond mieux au titre de ton article(cf la liste que j'ai cité et celle de rav Ron Chaya).<br /> -"un jour qu'il faut fêter dans la joie et la reconnaissance envers D.ieu" : bizarre comme formulation et totalement anti-toraique. Et les autres jours? Ne doit-on pas dire modim 3 fois pas jour dans la amida et remercier Hashem tous les jours?<br /> Je suis vraiment désolé si je suis aussi direct mais je ne recherche que la vérité et te remercie d'ailleurs d'avoir publier cet article qui permet aussi de mettre les choses au point.<br /> Enfin, tout ce débat est stérile. Le vrai débat ne doit pas être la fête même si aujourd'hui toutes les occasions sont bonnes pour faire la fête et laiciser tout si possible les fêtes juives. <br /> Le vrai débat est de savoir si l'état d'Israel est exemplaire et conforme à la volonté de d'. Le vrai débat est de se tourner vers le futur et pas de voir le passé. Sur le sujet, il reste malheureusement encore beaucoup à faire..... Sur ce sujet au moins, le consensus est clair parmi tous les grands rabanim.
Répondre
E
Jeremy,<br /> <br /> Je ne pense pas avoir fait d'amalgame. J'ai simplement mentionné une différence entre les rabbins disciples du rav Kook et les autres. S'ils sont disciples du rav Kook, vous pouvez clairement supposer leurs approches vis à vis de yom haatsmaout et de la création de l'état d'Israel. Pareil pour les mouvances anti-sionistes ou vous pouvez aussi deviner leurs conception concernant la création de l'état. Les 2 sujets sont donc bien liés. Je pense que votre article amène de la confusion car vous ne citez que quelques "grands rabanims" et vous généralisez à l'ensemble. L'objet de mon intervention est de prévenir du danger et de la confusion de cet article par rapport au fait de fêter Yom Haatsmaout. Contrairement à ce que vous dites, le titre n'est pas "la conception des rabanims par rapport à la création de l'état d'Israel" qui ne m'intéresse absolument pas. Nulle personne aujourd'hui ne peut dire si cette création a été agrée par d' ou non et je ne me risquerais à spéculer sur le sujet en rapportant les propos des grands rabanims. On peut simplement dire que cette création a été voulue par la providence comme tout ce qui nous arrive. Parler de cela, c'est un sujet idéologique et non de la torah. Ce qui m'intéresse aujourd'hui c'est l'aspect halakhique qui sous-tend tout votre article. Vous dites que le sujet n'est pas le hallel et pourtant votre article est truffé de référence de rabanims qui semblent autoriser le hallel. Vous ne précisez d'ailleurs pas toujours si c'est avec berakha ou sans. En cela, vous déformez les propos des rabanims cités car la plupart d'entre eux ont absolument proscrit cette lecture avec Berakha. Vous terminez d'ailleurs votre article "Pour cela il écrit également (mah'anayim 6 guillione 25) que nous avons l'obligation de réciter le Hallel, de manger un repas en l'honneur de Yom Ha'atsmaout ainsi que de se réjouir". Même si vous ne citer que l'avis d'un rabbin, vous penser bien qu'une telle conclusion peut entraîner une grande confusion chez vos lecteurs qui associeront joie de Yom Haatsmaout avec lecture du hallel. Pour information, Baba heki n'est pas le seul rabbin sioniste que vous ayez cité, loin de là. Le rav Zavin est décrit par Wikipédia comme le plus éminent des rabbins sionistes. Mais je ne veux pas non plus rentrer dans ce débat qui est important contrairement à ce que vous dites. Ce n'est pas en faisant taire les vrais débats qu'on rassemble le peuple juif. On ne rassemble pas sur des malentendus. Vous semblez aussi faire des raccourcis étonnants. Admettons que ce qui est rapporter concernant Baba Sale est exact c'est à dire qu'il ait dit “Comment ne pas remercier D.ieu ! Alors que lorsqu'on était en exil les arabes nous dominaient et pouvaient faire de nous ce qu'ils voulaient ! Aujourd’hui, nous sommes en Israël et c’est nous qui les dominons!”. Quel lien cela peut il bien avoir avec le fait de fêter Yom Haatsmaout qui est le titre de votre article? On peut très bien remercier D' car nous ne sommes plus sous domination étrangère (ce qui n'est pas vrai en l'occurrence car chacun sait l'influence des américains sur le gouvernement israelien mais c'est un autre sujet) et considérer que l'état d'Israel sous la forme actuelle ne doit pas être fêter en raison de sa non adéquation avec l'esprit de la torah. Vous n'avez d'ailleurs trouver aucune source confirmant directement l'avis de Baba Sale concernant Yom Haatsmaouth. Cela prouve bien qu'il ne fêtait pas ce jour là. Ensuite, vous me reprochez d'avoir pris pour source un universitaire ashkenaze car moins objectif et moins érudit sur le monde séfarade. Pour ma part, je ne pense pas que l'honnêteté intellectuelle dépend de son origine. L'approche universitaire cite des sources écrites contrairement à ce que vous faîtes en citant de nombreux témoignages. Il s'agit d'une approche rigoureuse et non idéologique. Jacov Rabkin a systématiquement fait mention des sources dans son travail. Le fait que Ben Ich Hai a eu des propos virulent contre le premier congrès sioniste ne vient pas de Rabkin et il n' y a donc pas eu de déformation. S. Fied du site "torah ve dibbur" précise "In his letter, Ben Yehoyada, he spoke against those seeking to bring the geula through mortal means. He also attacked the religious Zionist rabbis, such as Rabbi Kalisher, writing to him: "What kevodo thinks is a big mitzvah, I regard as not so small a sin." Aussi, si le Ben Ich Hai dit que la création de l'état d'Israel doit se faire par l'action divine montre bien qu'il n'est pas favorable à une création par action de l'homme. Je ne vois pas ce que cela changerait s'il vivait avant ou après la création de l'état d'Israel. Que son disciple Rav Mordekhai Eliyahou soutienne le jour de Yom Haatsmaout ne siginfie en rien qu'il avait les mêmes conceptions que son maître sur la question. Rabkin ne parle pas de Baba Salé. Regardez plutôt le nombre de site sur internet parlant de son admiration pour le rav de Satmar. Aussi, si le rav que vous avez cité connaissait si bien Baba Salé, il aurait su s'il fêtait Yom Haatsmaout mais il n'en est rien. Autant pour moi concernant rav Yaakov Meir. Je rajouterai aussi le rav Dessler qui a vu favorablement la création de l'état d'Israel. Mais cela ne signifie en rien qu'ils fêtaient Yom Haatsmaout.<br /> Enfin, l'ensemble des rabanims non sionistes vivant avant la création de l'état d'Israel ont donné leurs avis à ce propos. Encore une fois, je ne vois pas pourquoi leur avis ne compte plus sous prétexte qu'ils n'ont pas vécu cette création. Au contraire, on dit qu'il y a une descente dans les générations et que leurs avis sont donc essentiels. <br /> Je finirais par les propos du rav Ron Chaya qui n'est pas mon rav mais qui connaît davantage les milieux religieux que moi et qui est loin d'être anti-sioniste (j'ai d'ailleurs cité d'autres rabanim aussi éminent comme rav Wozner, rav Wasserman...) la liste risque d'être très longue) :<br /> Parmi les dirigeants sépharades du peuple juif, je peux te citer le Rav Ben Tsion Aba Chaoul zatsal, le Rav Ezra Atié zatsal, le Rav Yehouda Tsadka zatsal, le Rav Moche Tsadka chlita, Rabbi David Abou'hatsera chlita, le Rav Sasson Mizrahi zatsal qui était le plus grand kabbaliste de la génération passée (d'après le Rav Ben Tsion Aba Chaoul zatsal), le Rav Hillel chlita, le Rav Ben Tsion Moutsafi chlita, son père le Rav Yaacov Salman Moutsafi zatsal, un des plus grands kabbalistes de la génération de la création de l'état, le Rav Kadouri zatsal, le Rav Nissim Toledano, rosh yeshiva de Beer Yaacov, le Rav Emmanuel Toledano, auteur des nombreux livres de halakha « Oté Or », le Rav Michael Toledano et son frère Rav Gabriel Toledano les raché yeshiva de la yeshiva Or baroukh, le Rav Yaacov Ades, roch yeshivat Kol Yaacov, son père Rav Yehouda Ades, un des grands kabbalistes de la génération passée, Rabbi Yaacov Ades actuel chalita, un des tsadikim de la génération. <br /> J'en ai encore beaucoup en tête mais cela commence à me fatiguer. <br /> <br /> <br /> Maintenant je passe aux rabbanim ashkénazes et la liste peut en contenir des centaines : <br /> Le Rav Chakh zatsal, le 'Hazon Ich zatsal, le Rav de Brisk zatsal, le Rav Kahaneman zatsal (roch yeshivat Poniowizh), le Rav Chmulevitch zatsal, roch yeshivat Mir, Rav Finkel zatsal, Rav Finkel chalita, roch yeshivat Mir, tous les grands admour des 'hassidout sans exception, tous les grands poskim, le Rav Moshe Feinstein zatsal, le Tsits Eliezer chalita, le Michné halakhot chalita, le Chevet halevi chalita, le Rav Greinman chalita, le Rav Karelitz chalita, le Rav Yaacov Kaminetsky zatsal, le Rav Klouft zatsal, un des grands kabbalistes ashkénazes de la génération passée, le Rav Eliachiv chalita, le Rav Steinman chalita, le Rav Levkowicz chalita, etc., etc.<br /> <br /> <br /> C'est bien simple, il est très dur de trouver des rabbins ashkénazes, et même sépharades, qui fêtent Yom Haatsmaout. Il y en a quelques uns, mais c'est de l'ordre de 2% à 5%.
Répondre
J
Eliyahou,<br /> Tout d'abord, merci pour vos commentaires qui enrichissent le debat, meme s'ils sont assez long... Pour cela, je ne pourrais pas repondre a tous les points que vous avez evoqué et j'esserai d'etre bref mais clair.<br /> J'ai ecrit dans un precedent commentaire qu'il etait important de faire la difference entre la question de savoir si les rabbins ete favorable ou oppposé au sionisme avec la question qui est de savoir quel est l'avis des rabbins sur la creation de l'etat d'Israel. Cela, parceque le sujet de cet article n'est pas de savoir si la plupart des rabbins sont sionistes ou anti-sionistes (sujet peu interessant a mes yeux). J'ai bien compris que selon vous, c'est le meme sujet car ce qui sont sionistes sont favorables a l'etat d'Israel alors que ce qui sont anti-sionistes, sont contre l'etat ou du moins ne voit pas d'importance en l'etat d'Israel. Ce raisonement est correcte hors mi le fait que le monde rabbinique n'est pas composer de rabbins sionistes et de rabbins anti ou non sionistes. Certes, certains sont consideres comme sionistes comme le Rav Kook et ses eleves et certains sont anti-sionistes comme le Rabbi de Satmar, le rav Chakh et autres, mais en faite, la plupart des grands rabbins, Haredi-Lithuaniens, Hassidim et Sefarades, n'ont pas exprimé leur avis sur la question. C'est justement l'avis de ces rabbanim, sur la creation de l'etat d'Israel qui est le sujet principal de cet article car beaucoup font l'errreur de les assimiller avec les rabbins anti-sioniste (attention, le but de cet article n'est pas non plus de les assimiller a l'idee sioniste mais uniquement d'evoquer leur avis sur la creation de l'etat d'Israel sans rentrer dans ce debat steril de sioniste / non-sioniste).<br /> Suites a vos commentaires, j'ai suis replongé dans l'etude de ce sujet afin de rapporter l'avis d'autres grands rabbins qui n'ont pas ete cité dans l'article et de les partager avec vous:<br /> - Heritiers spirituels du Rav Kook: son fils le Rav Tsvi Yehouda Kook, Rav Shaoul Israeli, Rav Shlomo Goren, Rav David Hacoken Hanazir, Rav Yaacov Moche Harlap, Rav Avraham Kahana Shapira. Comme il a ete deja dit, leur avis sur la creation de l'etat d'Israel n'est pas etonnant, ils ont tous vus en la creation de l'etat d'Israel le debut de la delivrance annoncée dans les propheties. Malgré le fait que leur avis etait evident, il m'a sembler qu'il etait important de les citer car qu'on le veuille ou non ce fut tous des grands rabbanim.<br /> - Grand Rabbins d'Afrique du nord: la plupart des rabbanim (qui n'etaient ni sionistes ni anti sionistes) ont exprimer une grande joie suite a la creation de l'etat d'Israel. Je ne les citerai pas ici car deja beaucoup d'avis ont ete rapporté dans l'article.<br /> - Grand Rabbins Sefarade d'Israel et d'orient: de nombreux rabbanim (qui n'etaient ni sionistes ni anti sionistes) ont vus en la creation de l'Etat d'Israel le debut de la delivrance du Peuple d'Israel. Parmis eux: Rav Meir Hai Ouziel, grand rabbin d'Israel (mekhamne ouziel, 2, p. 318), Rav Ovadia Hadaya, roch yechivat Beth El (yaskil avdi, 6, orah hayim 10), Rav Itskhak Nissim, grand rabbin d'Israel (ginzekha yad harav nissim, atsmaout 5715), Rav Mordhai Atia, roch yechivat hamekoubalim hahayim veachalom (mekor hayim, p. 169), Rav Amram Abourbiya, auteur du Netivey Am (netivey am drachot p. 103), Rav Mordehai Eliyahou, grand rabbin d'Israel (Hatsofe veille de yom haatsmaout 5748), Rav David Hayim Halevi, grand rabbin de Tel Aviv et auteur du Kitsour shoulkhan aroukh (ase lekha rav, 1, 3). A cela, on peut rajouter le Rav Ovadia Yossef, grand rabbin d'Israel qui ecrit "de nombreux et geants des grands d'Israel voient en l'etablissement de l'etat d'Israel le debut de la delivrance" ou encore "presque tous les grands de la generation declarent l'etablissement de l'etat d'Israel comme le debut de la delivrance" (Yabia omer, 10, 41, 5). Bien qu'il ne l'ai pas ecrit explicitement, etant donné qu'il n'est pas contredit cet avis, on peut en conlure qu'il l'a partager egalement (il est bien connu que lorsque le Rav n'etait pas d'accords sur un sujet, il le fesait savoir). Pour finir, le Rav Yaacov Ades, roch yechivat porat yossef, benissait et se rejuissait de la creation de l'etat d'Israel et reciter le hallel (temoignage de son fils, Rav Refael Adas). Cette liste n'est evidemment pas exhaustive.<br /> - Grands Rabbins Haredi-Lithuaniens: comme je l'ai deja ecrit, la plupart de ces rabbins ne sont pas connu pour appartenir a la mouvance sioniste mais il est important de ne pas faire l'erreur de les assimiller avec les rabbins anti-sionistes. Pour preuvre, voici une liste non exhaustive de certains rabbins qui se sont rejouient de la creation de l'etat d'Israel et qui le considerer comme etant annoncateur du debut de la delivrance: Rav Eliezer Yehouda Woldinberg, auteur du Tsits Eliezer (haqdama lehilkhot medina), Rav Yossef Dov Soloveitchik, petit fils du Rabbi de Brisk (kol dodi dofek, chech dfakot), Rav Menahem Mendel Cacher, hasid gour auteur du Torah Shlema commentaires de la Torah sur 44 tomes (hatkoufa hagdola p. 548), Rav Itskhak Heizik Halevi Hertzog, grand rabbin d'Israel (tkhouka leyisrael al pi hatorah, 1 p. 222), Rav Tsvi Pessah Frank, grand rabbin d'Israel (kerem tsion troumot, 1 p.38), Rav Yossef Shlomo Kahanman, roch yechivat Ponovitch (temoignage du rav Bina, memir netiv meir p. 36).En plus de cela, on peut rajouter le Rav Isser Zelman Meltzer, roch yechivat Ets Hayim, eleve du Natsiv et du Rabbi de Brisk, dont son fils declara: il vit en l'etablissement de l'etat d'Israel la main de D. et une lumiere superieure du Saint Beni Soit-il envers son Peuple" (kovets kerem tsion). A cela, le Rav Yossef Shlomo Zevine, auteur de l'encyclopedie talmudique, eleve de l'auteur du Aroukh Hashoulkhan et Rogatchover; il declara a propos de la creation de l'etat d'Israel: "la vision prophetique se realise en Israel" (mikhtav kria lerabane israel 1948) et qu'il faut reciter le hallel le jour de yom haatsmaout (mahanayim 6, gilione 25). Pour finir, en 1949, une declaration de soutient au parti religieux est diffusé en Israel, ou il y est ecrit: "Nous remercions Dieu de nous avoir fait meriter dans sa grande bonté et misericorde de voir les premiers bourgeonements du debut de la delivrance avec l'etablissement de l'etat d'Israel". Cette declaration a ete signé par de nombreux grands rabbins de l'epoque, dont le Rav Shomo Zelman Oyerbakh et le Rav Yossef Chalom Eliachiv.<br /> - Admour - Hassidout: l'avis de la hassidout de Satmar et Loubavitch est connu et ont assimils souvent par erreur toutes les autres hassidout sans exceptions. Pourtant, l'admour de Gour, le Rav Avraham Mordekhai Altar, fils du Sfat Emet, au lendemain du 29 novembre 1947 (ou il a ete declarer la creation d'un etat juif par l'ONU), il cita le talmud Yerouchalmi (brakhot 1, 1): "Ainsi est la delivrance d'Israel petit a petit; c'est a dire peu a peu comme le levé du soleil" (c'est a dire, au debut la lumiere est petite et plus le temps passe, plus cette lumiere augmente et illumine le monde entier) (hekhal habetch, temoignage de son fils l'admour Israel Altar). A cela, on peut ajouter l'Admour de Housiatyn et l'Admour de Sadigoura qui ont vu la creation de l'etat d'Israel comme le debut de la delivrance (ohaley yaacov p.91; hagaani al saf hageoula hachlichit). L'admour de Modzitz fetait le jour de Yom Haatsmaout et en remercier Dieu (imratekha hiyitani p. 394).<br /> <br /> L'avis de ces grands rabbins tres positif a la creation de l'etat d'Israel jusqu'a declarer pour la plupart qu'il s'agissait du debut de la delivrance, se traduit par un comportement particulier le jour de yom haatsmaout: certains lisent le Hallel avec Brakha, certains sans brakha, certains se contenteront du repas festif, certains ne reciteront pas les supplications dans la priere (comme pour tout jour de joie particuliere), ou enfin certains se contenteront de remercier Dieu avec leurs mots pendant des Divrei Torah. Quoi qu'il en soit, le but de cet article n'est pas de fixer quel est l'attitude souhaitable le jour de Yom Haatsmaout: ceci n'est pas un article halakhique. Certains grands rabbins lisaient le Hallel avec ou sans brakha, il n'y a pas de raison de le cacher afin de ne pas contredir ouvertement l'avis d'autres rabbins sur la question, comme vous le dites. Le but de cet article est de faire comprendre que le jour de Yom Haatsmaout est un jour particulier de joie, symbolisant le debut de la delivrance selon l'avis de nombreux grands rabbins.<br /> <br /> Remarque: cette liste de grands rabbins ne vient pas prouver que tous les grands rabbins d'Israel a 100% voyaient en la creation de l'etat d'Israel un evenement benefique pour le Peuple d'Israel et de debut de la delivrance. Il est clair qu'il y a d'autres grands rabbins qui s'y sont opposé et n'y voit rien de benefique pour le Peuple d'Israel, et je ne le nie pas, mais permettez moi tout de meme d'avoir un doute sur vos 2 a 5 % rapportés par le Rav Ron Shaya.<br /> <br /> A ce propos, vous avez ecris au nom du Rav Ron Shaya une liste importante de grand rabbins qui ne fetent pas Yom Haatsmaout. Meme si tel etait bien l'avis de tous ces rabbins, cela ne changerait rien aux autres nombreux rabbins cité dans l'article et dans le commentaire. J'ai utilisai du conditionnel car permttez moi d'avoir un doute sur l'anthenticité de ces propos. D'une part, car vous le remarquerez le Rav Shaya n'a cité strictement aucune sources et d'autres part car il cite des rabbins qui ont clairement dit le contraire. Comme par exemples:<br /> - le Rav Yaacov Ades, roch yechivat porat Yossef qui selon le temoignage de son fils "voya d'une lumiere tres positive la creation de l'etat d'Israel et l'alyah des juifs du monde entier en Israel" et aussi: "il benissait et se rejouissait beaucoup de la creation de l'etat et il accomplicer le decret du Grand Rabinnat d'Israel concernant le jour de Yom Haatsmaout. Il recitait lui meme le Hallel ce jour la avec une grande joie".<br /> - le Rav Kahanman, roch yeshivat Poniowizh, avait pour habitude de mettre un drapeau d'Israel sur le toit de la yechiva le jour de Yom Haatsmaout. Il declara a plusieurs reprise que ce jour la il fesait comme Ben Gourion: il ne recitait ni les supplications ni le hallel. Le rav Arye Bina temoigne qu'il a entendu du Rav Kahanman que nous vivions a l''epoque du debut de la gueoula. <br /> - "tous les grands admour des 'hassidout sans exception": comme il a etait cité dans ce commentaire, ce n'est pas le cas pour toutes les hassidouts.<br /> - "tous les grands poskim": je ne sais pas trop quoi penser de cette phrase du Rav Ron Shaya, y aurait il aucun grand poskim parmis tous les rabbins cites !? <br /> - Tsits Eliezer, grand possek de siecle dernier, a pourtant ecrit (hakdama lesfer hilkhot medina): "La grace de Dieu est venu a nous, il nous a fait merité apres des milliers d'années d'exil de nous ramener comme au debut a l'heritage de nos peres pour vivre une vie de Peuple independant en sa terre", ou encore "il nous a fait merité de voir le debut de la delivrance par la creation de notre etat avec un gouvernement independant de chez nous".<br /> Bref, il n'y a pas de doute que la reponse du Rav Ron Shaya comporte des incertitudes, des inexactitudes et j'en passe. Avez vous reagi de a sa reponse avec autant de virulence qu'a cet article ? Vous semblez etre d'un parti prit, ce qui vous empeche de voir des inexactitude dans les articles qui vont dans votre sens (comme avec le Ron Shaya et Rabkin) et de chercher la petite bete dans ceux qui sont contre votre avis...<br /> <br /> Vous avez dit que vous ne pensez pas qu'il y est les livres du Rav Kook dans la bibliotheque des grands rabbins. Concernant les grands rabbins je ne pourrai vous dire, mais il est sur qu'il est presque impossible de trouver un de ses livres dans les rues de Bne Brak et dans certains quartiers de Jerusalem. Et cela ne prouve rien hors mi le fait qu'il est tres deplorable que certains livres soient censurés. Il est egalement deplorable que tous les livres du Rav Eliezer Woldinberg, en particulier le celebre Tsits Eliezer soit dans toutes les yechivot du mondes alors qu'un autre livre nommé "les lois de l'etat" soit censuré et parti au oubliette (du moin dans le monde haredi). Il est aussi deplorable que lorsque le Rav Kahanman placait un drapeau d'Israel sur sa yechiva pour Yom Haatsmaout, il y en ai toujours un qui viennet le retirer. Mais malgré cela, n'oublions pas que cela n'est pas un fait nouveau: le Guide des egarés de Maimonide ou encore le Messilat Yecharim du Ramhal ont eux aussi ete censuré et cela a pris des dizaines d'annees jusqu'a qu'ils soient etudié par l'ensemble du Peupl d'Israel.<br /> <br /> J'espere que vous avez pris la peine de lire la totalite de ce commentaire. De mon cote, se sera le dernier car il est clair que cela me prend beaucoup de temps, et il y a tant d'autres sujets interessants.<br /> <br /> Derniers point tres important: tous les rabbins cités dans l'article et dans les commentaires sont tirées d'un travail execeptionel du Rav Itskhak Dadoun Shlita qui a rassemblé une quantite astronomique de sources et de temoignages des grands rabbins a propos du jour de Yom Haastamout en 2 tomes dans le livre "Athralta hi".
E
Jeremy,<br /> <br /> Je vous remercie pour votre réponse clair et détaillé. J'ai volontairement été provocateur afin d'obtenir une réaction de votre part et je m'en excuse.<br /> Je ne remet pas en question votre intégrité et votre rigueur intellectuel mais il s'agit d'un sujet grave essentiel qui ne tolère aucune inexactitude. Maintenant que vous avez accepter gentillement de répondre et montrer votre volonté de parvenir à la vérité, nous pouvons rentrer davantage en profondeur.<br /> Tout d'abords, je n'ai fait que dire une vérité évidente. Il y a bien entendu des rabbins reconnus absolument pas sérieux. Vous pouvez prendre l'exemple d'un rabbin de célébrité aux états unis enseignant la Kabbale ou de rabbins libéraux dont je ne citerais pas les noms. Ensuite, les rabbins que vous avez cité n'ont jamais fait autorité dans le monde orthodoxe. Il s'agit d'héritier idéologique du rav Kook que j'admire après avoir lu certains de ses écrits mais dont le courant est très minoritaire et ne suscite pas forcément l'adhésion des "grands rabanims". Je pense que vous ne trouverez aucune livre du rav Kook dans la bibliothèque des grands rabanims que vous avez cité. Aussi, la fonction de grand rabbin d'Israel est essentiellement politique. Pour information, Rav eliyashiv s'est opposé fortement au rav Goren publiquement concernant la halakhah et la mamzerouth en particulier. Il ne s'agit pas de propos rapporté. Rav ovadia Yossef et rav Sahoul Israeli pourtant religieux sioniste l'on aussi critiqué fortement. Rabbi Ovadia a écrit dans une lettre en vente sur le site Kedem: «Dans le prochain monde, le monde véritable, après cent vingt ans, ils annonceront:« Voyez ce qui se passe entre mon fils et mon beau-père! »Où est Ploni qui a suivi Goren? Est Ploni qui est allé avec le Rishon LeZion? Le juste ira avec eux et les pécheurs tomberont avec eux ... " . rav Herzog et rav Ouziel héritiers aussi de Rav Kook n'avaient institué que la lecture du Hallel sans berakha. Je peux vous retrouver les responsa disponible sur internet. Je ne m'attarderai pas sur ces rabanims qui ne font pas autorité auprès du monde religieux. Contraiement à ce que vous dites, personnes à bnei brak ou à mea sharim ne fête yom haatsmaout et surtout pas la mouvance lituanienne. Je peux aller beaucoup plus loin et vous démontrer par A+B que le hallel est totalement incompatible avec yom haatsmaout mais je vais me contenter de vous citer un argument que je considère comme déterminant et que vous n'avez pas cité malheureusement. Vous dites que Rav Ovadia Yossef et que Rav Mordechai Eliyahou que "la brakha ne peut pas etre recité car la creation de l'etat dIsrael ne s'est pas fait par un miracle surnaturel mais plutot selon les regles de la nature (yabia omer) ou encore selon le Rav Mordekhai Eliyahou, il n'est possible de rajouter une benediction a notre epoque ou il n'y a pas de Sanhedrine". Vous savez bien qu'on ne doit pas réciter une berakha en cas de doute de peur qu'elle soit levatala. Pour ma part, un article de torah aurait dû être d'une grande prudence eu égard à la gravité de la transgression et aurait dû dire que la presque totalité des grands de la génération ne font pas le hallel et déconseiller une quelconque prise de risque. Le fait que ce soit une occasion de joie n'est pas le problème. Ici, on déborde sur un aspect idéologique que ne concerne en rien la torah. Yom Haatsmaouth n'apporte rien de plus à la torah et peut au contraire retrancher puisqu'elle crée une interruption au Omer. Concernant le rav Eliyachiv, j'ai pris soin de citer un média sioniste qui n'aurait aucun intérêt à rapporter des propos déformés du rav Eliyashiv contrairement à Rav Moshé Tsvi Naryé politicien et encore ardent disciple du Rav Kook. Les propos du rav Eliyashi sont clairs : lorsque vous dites que les programmes de l'état d'israel correspondent à la "loi des rebelles", vous pouvez difficilement vous associer à une manifestation de joie concernant cet état.<br /> Concernant Baba salé, le fait qu'il soutenait les soldats ne prouve rien. Mois même, je soutiens tous les juifs. Imaginez, un rav aussi grand que Baba sale ne pouvait que soutenir tous les juifs même dans l'erreur. Pareil pour Ben Gurion. Dire que c'est un personnage remarquable personnellement (ce qu'il n'a pas dit d'ailleurs) ne prouve absolument pas qu'il était d'accords avec lui. Ensuite permettez moi de douter des propos rapportés par le rabbin Zini lui aussi très engagé politiquement. Là encore, ça ne prouve rienquant au hallel à Yom Haatsmaout. Même pour ceux qui considèrent comme une occasion de joie, je ne voit pas le lien avec le hallel qui est fait pour des raisons très précises que je n'ai pas le temps d'expliquer maintenant mais que je peux vous communiquer. Je ne vais pas faire le hallel parce que j'ai gagné un million au loto. Enfin puisque vous m'avez reproché d'être imprécis. Je vais vous citer les noms de quelques rabanim (liste non exhaustive) qui ne fêtent pas Yom Haatsmaout et chacun jugera : baba salé, rav Eliyashiv, rav Kanievski, rav Wozner, rav Chakh, rav Auerbach (comme vous le dites dans votre article) et tous les grands rabanim hassidiques... En bref, les plus grands rabbanims reconnus par le monde orthodoxe. Il est vrai que Rav Ovadia Yossef fêtait Yom Haatsmaout mais ne disait pas le hallel. Je peux développer bien davantage si vous le souhaitez et je serais ravi de le faire car il s'agit d'un sujet important. Votre conclusion est vrai mais tout dépend où vous placez le curseur. Si vous parlez de l'ensemble des rabanims incluant les libéraux (mais ici on ne parle plus de la torah selon moi) alors Yom Haatsmaout est considéré comme une occasion à fêter religieusement. Si on se restreint à la population orthodoxe garante de la torah aujourd'hui alors votre conclusion est erronnée. Il y a aussi une chose étonnante dans votre article qui démontre qu'il s'agit d'un article engagé : vous dites que rav Auerbach par ex ne le fête pas mais qu'il y a des avis sur lesquelles s'appuyer. S'il ne le fête pas, c'est qu'il pense que sa conviction est de ne pas le fêter alors pourquoi aller chercher plus loin.<br /> Enfin, on peut très bien penser que c'est le début de la délivrance sans implication halakhique. Que veut dire début de la délivrance? Tout évènement même les pires ammène à la délivrance? non?Dire le contraire n'est pas du hilloul hachem ? Ne doit on pas remercier Hashem pour tout? Restreindre le remerciement à l'indépendance ne revient-il pas à considérer une sélectivité des événement contraire à l'approche de la torah?
Répondre
E
J'oubliai rav Elchanan Wasserman opposé au sionisme et Rav Moshé Feinstein (cf Wikipédia : One of the American leaders of the Lithuanian Jewish world, Rabbi Moshe Feinstein (1895–1986), expressed something approaching ambivalent support of the State of Israel, saying that it is proper to pray for the Welfare of the State of Israel, so long as one does not call it the "first flowering of the Redemption".[). Désolé de m'étendre mais il fallait que préciser ces 2 géants.
Répondre
E
Je rajouterai qu'il est totalement faux que l'ensemble des rabanims séfarades sont sionistes.<br /> Pour ne citer que les plus grands : <br /> - Ben Ich Hai a eu des propos virulents contre le premier congrès sioniste. Il a aussi émit un avis négatif dans son commentaire concernant la tribu d'Efraim qui a essayé de forcer et devancer la délivrance (Yedei Chayim, pg. 47).<br /> - Baba Salé : il est répandu sur Internet (plusieurs sources) que Baba Salé appréciait le rav de Satmar et avait fait un siyoum après avoir lu le livre Vayoel Moshé du rav de Satmar. <br /> - Hakham Salomon Eliezer Alfandari, "Sabba ha-kadosh" (Messianism, Zionism, and Jewish Religious Radicalism, Aviezer Ravitzky, pg. 57) <br /> - Hakham Jacob Meir (1856-1939), chef de la communauté sépharade en Israel disant que tout juif pieux devait se séparer des sionistes.<br /> <br /> Concernant les juifs ashkénazes de l'ancienne génération, il y en a pléthores. Pour ne citer que les plus grands : Hafets Haim, rav Sonenfeld grand rabin d'Israel à l'époque et discipe du Ketav Sofer, Rav Kaheneman, Rabbi Yehoshua Leib Diskin, Rav de Brisk. Le Hazon Ich disait Qui garde les mitsvoths de nos jours et est considérés comme hérétique? quiconque célèbre Yom Ha'atzmaut. (propos rapporté par Reb Aharon Roter).<br /> Honnêtement, je ne vois pas un seul géant à part le rav Kook qui ait soutenu le sionisme. Bien entendu, je peux apporter les références si nécessaire. Je ne parle même pas des mouvances hassidiques qui sont tous opposés à Yom Haatsmaout.<br /> Attention, je ne suis pas antisioniste au sens ou je crois qu'Israel (et pas l'état d'Israel) est la terre qui permet au peuple juif de réaliser toute sa vocation. Je ne considère pas que l'état d'Israel ne devrait pas exister. Mais, j'essaie de livrer un avis objectif par rapport au titre de cet article qui semble dire que la quasi-totalité du monde religieux fête Yom Haatsmaout et font le hallel (sans berakha bien entendu). Je dis et redis : aucun rabbin sérieux actuel ne dit le hallel avec berakha à Yom Haatsmaout et je me dois en tant que juif d'avertir que ceux qui le font commettent une très grande transgression. Réciter le hallel avec Berakha est interdit par la totalité du monde orthodoxe, hallel sans berakha est interdit par une grande partie du monde orthodoxe et simplement toléré pour une autre partie. Même parmi les héritiers spirituels du rav Kook, le hallel avec Berakha ne fait pas l'unanimité. Voici trois propositions certaines qui ne sont d'ailleurs pas contesté par l'article.<br /> <br /> -
Répondre
J
Eliyahou,<br /> Il est important de ne pas faire damalgame entre ce que pense les grands rabanim de la creation de l'etat d'Israel avec la question de savoir s'ils font parti de la mouvance sioniste ou non. En effet, tout votre commentaire concerne le fait que certains rabbins se soient opposés au sionisme alors que cet article vient uniquement rapporter les propos et faits des grands rabanim concernant le jour de la creation de l'etat d'Israel qu'ils soient sionistes ou non. D'ailleurs, aucun rabbin cité dans l'article etait identifié a la mouvance sioniste (excepté Baba Heki, frere de Baba Sale, qui etait un membre actif du parti Mizrahi). Cet article n'a pas pour but de rentrer dans un mediocre debat a savoir quels rabanim sont sionistes ou non, lesquels representent la majorite, etc, ... Ces debats ne font que diviser le Peuple d'Israel et n'ont aucun interet.<br /> <br /> Malgre cela, il est necessaire d'eclaircir un point essentiel concernant les rabbins sefarades: la division des rabbins orthodoxes entre sioniste et non sioniste ne peut se faire que parmis les rabbins du monde Ashkenaze-Europeen. Les grands rabanim sefarades d'Afrique du Nord jusqu'a l'Irak n'ayant jamais etant contraint de faire ce choix "politique" et ainsi de se diviser comme les Ashkenazes le firent dans de nombreux domaines (sionistes, anti-sionistes, new-orthodoxe, ultra-orthodoxe, lituanien, hasid, liberaux, reformistes, conservative, etc...). Ainsi, je n'ai pas etait etonné de constater que les propos rapporter sur les 4 rabanim sefarades comme etant non-sionistes, sont en faite tirés d'un livre (de style "approche universitaire") ecrit par Jacov Rabkin, un historien canadien ashkaze qui ne semble pas connaitre grand chose sur le monde Sefarade.<br /> <br /> Lire vos propos dans le site d'origine (http://bariveshema.blogspot.co.il/2006/05/sephardic-rabbis-and-zionism_04.html) m'a egalement permit de remarquer que vous avez deformer les propos de Rabkin qui dit "qu'au debut du premier congre sioniste, le rav Ben Ich Hai expliqua l'approche juive du Mashiah et de la gueoula et qu'elle se fera par le biais de moyens mortels" en "Ben Ich Hai a eu des propos virulents contre le premier congrès sioniste". Mais en plus de cela, Rabkin lui aussi nous induit en erreur en sortant les propos du Ben Ich Hai de leur contexte. Ainsi, le Ben Ich Hai a seulement donner son avis qui est que la gueoula se fera par une action divine et non par les hommes alors que Rabkin y fait un rapprochement avec le Congres Sioniste, bien que le Rav n'y fasse pas allusion. De plus, son heritier spirituel le Rav Mordehai Eliahou voyait d'un tres bon regard la creation de l'Etat d'Israel. Il s'exprimait ainsi: "Je vois en l'Etat une grande lumiere. Il n'y a jamais eu d'epoque autant rempli de lumiere comme a notre epoque dans notre etat" (interview pour le journal Hatsofe le jour de yom haatsmaout 5747). Il disait aussi que la creation de l'etat d'Israel etait une "avancée dans le processus de la delivrance" (interview pour le journal Hatsofe la veille de yom haatsmaout 5748) et il trancha qu'il fallait reciter le Hallel sans brakha (shut harav harashi 2, page 457). Quant au Rav Yaacov Meir, grand rabbin d'Israel, il est plutot repandu qu'il etait proche et en contact permanent avec le mouvement sioniste... Peut etre devriez vous verifiez vos sources et ne pas croire tout ce qui est ecrit sur le net (inclus les articles de ce site, c'est bien pour cela que tout article est toujours accompagner de sources fiables). Concernant Baba Sale, on a deja parler plus bas. On ne peut pas se baser sur des rumeurs pour affirmer qu'il etait d'accords avec le Rabbi de Satmar. De plus, vous remarquerez que Rabkin n'a cite aucune sources alors que les temoignages cites dans mon precedent commentaire ont ete fait par des rabanim qui le cotoyaient presque quotidiennement. Le Rav Meir Zini etait lui aussi tres proche de Baba Sale qui venait lui rendre visite de temps en temps chez lui en Algerie puis apres a Paris (et en quoi est ce un politicien!?).<br /> .<br /> Quoi qu'il en soit, concernant les rabanim Ben Ich Hai, Shlomo Eliezer Alfandari, le Rav Yaacov Meir, Hafets Haim, rav Sonenfeld grand rabin d'Israel à l'époque et discipe du Ketav Sofer, Rabbi Yehoshua Leib Diskin, Rav de Brisk que vous avez cites comme etant anti ou non-sioniste, ils ont tous un point en communs: ils sont tous decedes avant la creation de l'Etat d'Israel (1948). Donc il n'est pas possible qui aient un avis negatif ou positif sur la creation de l'Etat d'Israel. Concernant le Hazon Ich, il y a beaucoup de rumeur mais ce qui est sur c'est que malgre la quantite de livres qu'il a ecrit, aucun ne contienne de propos allant a l'encontre de l'etat d'Israel. Concernant le Rav Kahenman, roch yechivat Ponovitch a Bne Brak, il a deja été cité dans l'article que pour chaque Yom Haatsmaout il placait un drapeau d'Israel au dessus de sa Yechiva, qu'il ne recitait pas les tahanounim ce jour la (rabanout harashit page 939). De plus, il dit egalement que "le judaisme haredi devait estimer cette grande heure et ce changement qui a commence depuis ce dernier grand evenement, ou les nations du monde ont reconnu le droit d'Israel et ont decidé de l'etablissement d'un etat juif" (ehad bedoro 2, page 392) et le Rav Meir Vender temoigna que le Rav Keanman dit que le debut de la gueoula avait commencé et cela depuis la declaration de Balfour (en 1917 ou il declara que le Peuple Juif avait droit un etat en terre d'Israel).<br /> <br /> Enfin, vous avez parlez du recit du Hallel mais cela n'est pas le sujet de l'article qui a pour seul but de citer l'avis des Grands Rabanim sur la creation de l'Etat d'Israel (et non de fixer si oui ou non il faut reciter le Hallel le jour de Yom Haatsmaout). <br />
E
Je ne voudrais pas être désagréable mais cet article est truffé d'inexactitude et trompeur.<br /> Votre conclusion est totalement erronée. Je n'aurais pas pris le temps d'écrire si vous n'aviez pas pris pour alibi nos grands rabbanims. Tout d'abords, aucun grand rabbin sérieux n'autorise la lecture du hallel avec berakha durant cette journée. C'est bien la preuve que ce n'est pas considéré comme une fête ou une occasion de joie. Les autres rabbins qui l'autorisent sans berakha ne le font uniquement pour ne pas voir se détacher une partie des fidèles.<br /> Je vais uniquement m'évertuer à démentir uniquement vos propos concernant les 2 plus grands rabbanims que vous avez cité sans aucune source bien entendu. Je peux citer une liste bien plus longues de rabbanims opposés à yom hatsmaout. Tout d'abors concernant le rav Eliyashiv qui a pris position clairement (propos rapportés dans Guysen)<br /> <br /> "Le rabbin Yosef Shalom Elyashiv, chef spirituel des ultra-orthodoxes " lithuaniens", a exhorté le public haredi à ne pas être "tenté" par les programmes proposés par l'Etat au sein du service militaire, du service civil ou des institutions académiques. Pour le rabbin Elyashiv, ces programmes sont sujets à la "loi des rebelles" et visent à rapprocher le secteur ultra-orthodoxe d'un style de vie et des valeurs laïques ainsi que de la culture du "péché"."<br /> <br /> Concernant Baba Salé, il est connu d'après certaines sources qu'il aurait encensé le livre du rav de Satmar "Vayoel Moshé" clairement opposé à l'instauration d'un état laique en terre d'Israel.<br /> etc...<br /> Vous voyez. Je fais preuve davantage de prudence que vous. C'est ce qui fait la différence entre une approche universitaire et un torchon.
Répondre
E
Jeremy,<br /> <br /> Je vous remercie pour votre réponse clair et détaillé. J'ai volontairement été provocateur afin d'obtenir une réaction de votre part et je m'en excuse.<br /> Je ne remet pas en question votre intégrité et votre rigueur intellectuel mais il s'agit d'un sujet grave essentiel qui ne tolère aucune inexactitude. Maintenant que vous avez accepter gentillement de répondre et montrer votre volonté de parvenir à la vérité, nous pouvons rentrer davantage en profondeur.<br /> Tout d'abords, je n'ai fait que dire une vérité évidente. Il y a bien entendu des rabbins reconnus absolument pas sérieux. Vous pouvez prendre l'exemple d'un rabbin de célébrité aux états unis enseignant la Kabbale ou de rabbins libéraux dont je ne citerais pas les noms. Ensuite, les rabbins que vous avez cité n'ont jamais fait autorité dans le monde orthodoxe. Il s'agit d'héritier idéologique du rav Kook que j'admire après avoir lu certains de ses écrits mais dont le courant est très minoritaire et ne suscite pas forcément l'adhésion des "grands rabanims". Je pense que vous ne trouverez aucune livre du rav Kook dans la bibliothèque des grands rabanims que vous avez cité. Aussi, la fonction de grand rabbin d'Israel est essentiellement politique. Pour information, Rav eliyashiv s'est opposé fortement au rav Goren publiquement concernant la halakhah et la mamzerouth en particulier. Il ne s'agit pas de propos rapporté. Rav ovadia Yossef et rav Sahoul Israeli pourtant religieux sioniste l'on aussi critiqué fortement. Rabbi Ovadia a écrit dans une lettre en vente sur le site Kedem: «Dans le prochain monde, le monde véritable, après cent vingt ans, ils annonceront:« Voyez ce qui se passe entre mon fils et mon beau-père! »Où est Ploni qui a suivi Goren? Est Ploni qui est allé avec le Rishon LeZion? Le juste ira avec eux et les pécheurs tomberont avec eux ... " . rav Herzog et rav Ouziel héritiers aussi de Rav Kook n'avaient institué que la lecture du Hallel sans berakha. Je peux vous retrouver les responsa disponible sur internet. Je ne m'attarderai pas sur ces rabanims qui ne font pas autorité auprès du monde religieux. Contraiement à ce que vous dites, personnes à bnei brak ou à mea sharim ne fête yom haatsmaout et surtout pas la mouvance lituanienne. Je peux aller beaucoup plus loin et vous démontrer par A+B que le hallel est totalement incompatible avec yom haatsmaout mais je vais me contenter de vous citer un argument que je considère comme déterminant et que vous n'avez pas cité malheureusement. Vous dites que Rav Ovadia Yossef et que Rav Mordechai Eliyahou que "la brakha ne peut pas etre recité car la creation de l'etat dIsrael ne s'est pas fait par un miracle surnaturel mais plutot selon les regles de la nature (yabia omer) ou encore selon le Rav Mordekhai Eliyahou, il n'est possible de rajouter une benediction a notre epoque ou il n'y a pas de Sanhedrine". Vous savez bien qu'on ne doit pas réciter une berakha en cas de doute de peur qu'elle soit levatala. Pour ma part, un article de torah aurait dû être d'une grande prudence eu égard à la gravité de la transgression et aurait dû dire que la presque totalité des grands de la génération ne font pas le hallel et déconseiller une quelconque prise de risque. Le fait que ce soit une occasion de joie n'est pas le problème. Ici, on déborde sur un aspect idéologique que ne concerne en rien la torah. Yom Haatsmaouth n'apporte rien de plus à la torah et peut au contraire retrancher puisqu'elle crée une interruption au Omer. Concernant le rav Eliyachiv, j'ai pris soin de citer un média sioniste qui n'aurait aucun intérêt à rapporter des propos déformés du rav Eliyashiv contrairement à Rav Moshé Tsvi Naryé politicien et encore ardent disciple du Rav Kook. Les propos du rav Eliyashi sont clairs : lorsque vous dites que les programmes de l'état d'israel correspondent à la "loi des rebelles", vous pouvez difficilement vous associer à une manifestation de joie concernant cet état.<br /> Concernant Baba salé, le fait qu'il soutenait les soldats ne prouve rien. Mois même, je soutiens tous les juifs. Imaginez, un rav aussi grand que Baba sale ne pouvait que soutenir tous les juifs même dans l'erreur. Pareil pour Ben Gurion. Dire que c'est un personnage remarquable personnellement (ce qu'il n'a pas dit d'ailleurs) ne prouve absolument pas qu'il était d'accords avec lui. Ensuite permettez moi de douter des propos rapportés par le rabbin Zini lui aussi très engagé politiquement. Là encore, ça ne prouve rienquant au hallel à Yom Haatsmaout. Même pour ceux qui considèrent comme une occasion de joie, je ne voit pas le lien avec le hallel qui est fait pour des raisons très précises que je n'ai pas le temps d'expliquer maintenant mais que je peux vous communiquer. Je ne vais pas faire le hallel parce que j'ai gagné un million au loto. Enfin puisque vous m'avez reproché d'être imprécis. Je vais vous citer les noms de quelques rabanim (liste non exhaustive) qui ne fêtent pas Yom Haatsmaout et chacun jugera : baba salé, rav Eliyashiv, rav Kanievski, rav Wozner, rav Chakh, rav Auerbach (comme vous le dites dans votre article) et tous les grands rabanim hassidiques... En bref, les plus grands rabbanims reconnus par le monde orthodoxe. Il est vrai que Rav Ovadia Yossef fêtait Yom Haatsmaout mais ne disait pas le hallel. Je peux développer bien davantage si vous le souhaitez et je serais ravi de le faire car il s'agit d'un sujet important. Votre conclusion est vrai mais tout dépend où vous placez le curseur. Si vous parlez de l'ensemble des rabanims incluant les libéraux (mais ici on ne parle plus de la torah selon moi) alors Yom Haatsmaout est considéré comme une occasion à fêter religieusement. Si on se restreint à la population orthodoxe garante de la torah aujourd'hui alors votre conclusion est erronnée. Il y a aussi une chose étonnante dans votre article qui démontre qu'il s'agit d'un article engagé : vous dites que rav Auerbach par ex ne le fête pas mais qu'il y a des avis sur lesquelles s'appuyer. S'il ne le fête pas, c'est qu'il pense que sa conviction est de ne pas le fêter alors pourquoi aller chercher plus loin.<br /> Enfin, on peut très bien penser que c'est le début de la délivrance sans implication halakhique. Que veut dire début de la délivrance? Tout évènement même les pires ammène à la délivrance? non?Dire le contraire n'est pas du hilloul hachem ? Ne doit on pas remercier Hashem pour tout? Restreindre le remerciement à l'indépendance ne revient-il pas à considérer une sélectivité des événement contraire à l'approche de la torah?
J
Eliyahou,<br /> Vous avez finis votre commentaire par "C'est ce qui fait la différence entre une approche universitaire et un torchon". Je suppose que le "torchon" fait reference a l'article et que "l'approche universitaire" fait reference a votre commentaire. Je suis choquer de lire que pour vous les propos ou les faits des Rabbins cités dans l'article sont a vos yeux un "torchon". Car en effet, l'auteur de cet article n'a jamais evoquer son avis personal sur la question mais a uniquement cité celui de "Grand Rabanim". Ainsi aucun grand rabbins n'a ete pris pour alibi comme selon vos dires.<br /> Vous avez dis qu'aucun "grand rabbin sérieux" n'autorisent la lecture du hallel avec berakha durant cette journée. Hors mis le fait que je viens d'apprendre toujours selon vos dires qu'il y a des "grands rabbins pas serieux", voici quelque rabbins (serieux ou pas serieux, a vous de voir) qui ont trancher qu'il fallait dire le Hallel avec le brakha: Le Grand Rabinnat d'Israel a sa tete le Rav Shlomo Goren (Torat Hamoadim), le Rav Tsvi Yehouda Hacohen Kook, le Rav Mishoulam Roth (Kol Mevasser, 1, 21), le Rav Ouziel et le Rav Ertzog (tous deux anciens grands rabbin d'Israel; voir temoignage du Rav Oushpizay dans Rabanout Harashit tome 2, page 841, commentaire 33), le Rav Shalom Messas (shemesh oumaguen 3, 43; cependant apres avoir ententdu l'avis du Rav Ovadia Yossef, il trancha que chacun fasse selon son minag), Rav Yossef Messas. Cette liste est bien evidemment non-exhaustive, la liste pouvant etre beaucoup plus longue.<br /> Pour continuer vous avez ecris que le fait qu'aucun "grand rabbin sérieux" n'est autorisé de reciter le hallel avec brakha est "bien la preuve que ce n'est pas considéré comme une fête ou une occasion de joie". Je repondrais de maniere courte a votre argument: NON, ce n'est pas vrai. Les rabbins qui ont interdit la brakha lors du recit du Hallel l'ont fait uniquement pour des raisons halakhique comme par exemple: Selon le Rav Ovadia Yossef, la brakha ne peut pas etre recité car la creation de l'etat dIsrael ne s'est pas fait par un miracle surnaturel mais plutot selon les regles de la nature (yabia omer) ou encore selon le Rav Mordekhai Eliyahou, il n'est possible de rajouter une benediction a notre epoque ou il n'y a pas de Sanhedrine. Malgre cela, ces deux derniers grand rabbin etait tres reconnaissant envers D de la creation de l'etat d'Israel et ont trancher qu'il etait souhaitable de reciter le Hallel sans benediction. Il est clair qu'ils ne le font pas uniquement "pour ne pas voir se détacher une partie des fidèles" selon vos dires. (Voir tout de meme le livre Shahar Ahallelkha du Rav Eliahou Ariel Adari qui contredit les raisons evoquées).<br /> Concernant le Rav Shalom Eliachiv, les sources ont bien ete cite: Afik banégév page 103. Ce qui a été écrit ne contient pas d'inexactitude et a etait rapporter par le Rav Moshe Tsvi Naryé. Je souligne tout de meme que le Rav n'a pas trancher de reciter le hallel de maniere generale mais que quelqu'un qui ressent vraiment de la joie peux reciter le Hallel. Quoi qu'il en soit, ce que vous avez ecris a propos de l'avis du Rav Eliachiv n'a aucun rapport avec la creation de l'etat dIsrael comme la deja souligner Itsrak Morali (avez vous bien cite une chaine d'information comme source !?)<br /> Concernant Baba Sale, certes les sources n'ont pas ete cité explicitement mais il a bien etait ecris en debut d'article que tout ce qui est ecrit dans l'article a ete receuilli dans le livre "Ath'alta hi" du Rav Itsh'ak Dadoun. Quoi qu'il en soit, les sources precises sont:<br /> - Temoignage du Rav Nissim Hazagouri: Baba Sale ne cessait de prier pour la réussite de nos soldats. Il conseillait certains élèves de Yechiva d’aller à l’armée qui à ses yeux représentait une des plus grandes mitsvot (défendre le peuple juif).<br /> - Temoignage du Rav Mordekhai Afnadjar: Il est également allé sur la tombe de David Ben Gourion et a dit qu’il avait fait de très bonnes choses pour le Peuple mais que dans sa vie personnelle il avait fait des péchés. Il a fait tout son tikoun [réparation de ses mauvaises actions].<br /> - Temoignage du Rav Meir Zini: Il s'exprimait également ainsi : “Comment ne pas remercier D.ieu ! Alors que lorsqu'on était en exil les arabes nous dominaient et pouvaient faire de nous ce qu'ils voulaient ! Aujourd’hui, nous sommes en Israël et c’est nous qui les dominons!”.<br /> Ceci est basé sur des temoignages de Rabanim qui l'ont cottoyé car la plupart des ecris de Baba Salé se sont fait volé en 5724. Bref, a propos du Rabbi de Satmar, je me dois de rectifier vos propos: le Rabbi de Satmar ne s'oppose pas "à l'instauration d'un état laique en terre d'Israel" mais plutot a l'instauration d'un état juif (ou dirriger par des juifs) en terre d'Israel. Toujours selon la Rabbi de Satmar, si l'etat d'Israel serait religieux, se serait encore pire et tres grave car se seraient des religieux qui agissent contre la volonté de Dieu. Pour faire bref, l'avis du Rabbi de Satmar est que l'etat est "l'action du Satan" et que si nous voulons suivre la volonté divine, il doit etre totalement detruit. Selon cette idée, il interdisait donc de voter pour elir les membres de la Knesset, de s'enroler a l'armee qui est selon lui du Avoda Zara et aussi de se rendre au Kotel, au tombeaux de Rahel et des patriarches car ils ont été conquis par les "sionistes". Pourquoi je raconte tout cela? Pour vous prouver que Baba Salé (comme tous les autres rabbanim du monde) n'etait pas du tout d'accords avec le Rabbi de Satmar concernant l'Etat d'Israel. En effet, il priait sans cesse pour les soldats d'Israel et pour tous juifs quelqu'ils soient. Il encourragé de voter pour la knesset pour les parties religieux dont son frere Baba Heki etait un membre actif (parti considerer comme "infidels" selon le Rabbi de Satmar). Bref, il est vrai que Baba Sale etait en contact avec lui mais cela ne signifie pas qu'il etait d'accord avec ses idees comme vous l'afirmez "d'après certaines sources".<br /> Enfin et pour finir, vous avez dis que vous pouvez citer une liste bien plus longues de "rabbanims opposés à yom hatsmaout". Vos propos sont pas precis: certes les rabbins issues du monde Haredi-Lituaniens-Hassidim ne recitent pas le Hallel a yom hatsmaout mais seulement une petite poignee sont opposés à yom hatsmaout (la creation de l'etat d'Israel): Le rabbi de Satmar, le rabbi de Loubavitch et peut etre le rav Menahem Chakh . Il est clair que nous ne pouvions pas citer l'avis de 200 rababim sur une page internet, c'est bien pour cela que le Rav Dadoun l'a fait sur un livre de 2 tomes (Atralta hi). Et si vous ne me croyez pas, je citerai le rav Ovadia Yossef dans son Responsa (Yabia Omer 6, 41, 5): "De nombreux et importants rabbins voient la création de l’Etat d'Israël comme étant le début de la gueoula".<br /> Cet article n'a rien dun "torchon" et n'a rien n'ont plus d'une "approche universitaire" que Dieu nous en preserve. Il s'agit tout simplement d'un article Toranique selon l'avis de Nos sages de memoire benis. Ce commentaire est certe long mais il etait necessaire en regards de vos accusations. Je me ferais un plaisir de poursuivre cette discussion par mail si vous le souhaiter (jeremc11@gmail.com).
I
Eliyahou, ne vous en déplaise toutes les sources présentes dans cet article sont justes, vérifiables et les pages des ouvrages de référence sont clairement mentionnées. Vous parlez de l'opposition du Rav Elyachiv à l’enrôlement des étudiants en Torah dans l'armée, ce qui n'a rien à voir avec la fête de Yom Haatsmaout. Il s'agit du risque de négliger l'étude pendant les trois années de service et la promiscuité Homme Femme, donc strictement rien à voir. Ensuite vous dites citer vos sources mais vous n'en citez aucune pour Baba Salé et le livre du Rav de Satmar. Vous savez ce que signifie Satmar ? C'est "Sainte Marie" !!! S'il vous plaît, qu'on ne nous parle pas de Satmar comme étant les défenseurs du judaïsme authentique ! C'est un mouvement dissident ultra minoritaire du judaïsme. Dernière remarques, vous parlez d'un état laïque en Israël, c'est inexact : le jour chômé est le Shabbat, la cacherout est obligatoire dans toutes les institutions et dans les hôtels, les fêtes juives sont les fêtes officielles de l'état, et les décrets des tribunaux rabbiniques sont officiellement valables devant les autres tribunaux !! Avez vous vu ça dans aucun autre pays dans le monde ?? C'est un état défini dans sa déclaration de fondation comme "JUIF et DEMOCRATIQUE", c'est donc un état juif avant tout. J'espère que ces quelques remarques faites sur un ton courtois vous inciteront à garder également un ton courtois si vous voulez poursuivre la discussion. A bientôt.
L
je suis heureuse que les gds rabbanims voient la gueoula dans le fait que nous sommes enfin sur notre terre.personellement je lis le hallel ce jour la
Répondre
I
Bonjour Ginette, nous aussi à Ofra nous récitons le Hallel ; le soir et le matin comme à Pessah conformément aux recommandations de notre Rav, le Rav Avi Guisser. Que D.ieu nous fasse vivre très prochainement la Gueoula pleine et entière par la venue du Mashiah' et la reconstruction du Temple de nos jours, Amen.<br /> <br /> Hag Haatsmaout Sameah'